C’est après plus de deux années d’absence des nos écrans que 2K a finalement sorti le nouvel opus de la série “WWE 2K”, avec “WWE 2K22”. Très attendu par les fans de la franchise, le jeu a très largement été vendu comme étant une révolution à tout point de vue. Une promesse qui a convaincu de nombreux fans à commander le jeu, malgré la déception des précédents.

Avec gentillesse, 2K nous a envoyé un coffret presse contenant l’édition Deluxe de WWE 2K22. En collaboration avec Le Temple du Catch – qui nous a apporté sa propre analyse – nous avons testé pour vous le jeu sur toutes ses coutures pour vous livrer nos avis et notre ressenti. Cet article se concentrera sur les aspects les plus importants du jeu et ses nouveautés, ainsi certaines fonctionnalités et certains modes ne seront pas abordés.

Ce test a été réalisé sur Playstation 4 et Playstation 5.

« Des graphismes époustouflants »… Vraiment ?

Que ce soit sur Playsation 4 ou sur son ainée la Playsation 5, les graphismes ne sont pas à la hauteur de la promesse affichée par l’éditeur. Cependant, on est très loin d’un mauvais graphisme et une belle amélioration reste à noter, principalement sur les consoles dites “next gen”.

Les personnages jouables sont un peu plus travaillés que les précédents opus et les décors connaissent également une nette amélioration. En, revanche, ce n’est toujours pas le cas de certaines choses, dont celles les plus critiquées ces dernières années.

Sur PS4, la foule n’est toujours pas à la hauteur et est loin d’être au même niveau de graphisme que les Superstars. L’action se passe à droite, le public regarde à gauche, cela n’a toujours pas changé. Les ceintures n’ont également subi aucun changement notable et conservent cet aspect “carton”. Sur PS5, ces problèmes sont un peu plus travaillés et sont nettement meilleures sur certains aspects.

Les PNJ ne font pas non plus exception et ne sont pas aussi travaillés que les Superstars. Les éternels cheveux longs moches restent le souci majeur du jeu d’un point de vue graphisme, surtout sur PS4 et notamment chez les Superstars féminines. Sans oublier les fameux bugs de textures et les cordes parfois spaghettis (rarement, seulement à quelques occasions).

En ce qui concerne la PS4, globalement les principaux défauts n’ont pas été corrigés de manière franche mais WWE 2K22 a tout de même le mérite d’apporter des graphismes nettement supérieurs que les précédentes versions de la franchise – surtout après le catastrophique WWE 2K20. Ce n’est ni “époustouflant”, ni “horrible”, mais plutôt une amélioration assez convaincante vu les limites du système.

Évidement, la PS4 est poussée à ses limites et le jeu ne peut pas être aussi beau que sur la PS5. Sur cette dernière, les graphismes sont nettement plus à la hauteur et certains des aspects négatifs cités restent présents mais sont plus limités.

Points négatifs :

  • Dans son ensemble, le jeu n’est pas suffisamment homogène sur PS4. Certains décors et certaines Superstars sont très beaux, tandis que d’autres le sont beaucoup moins – voire sont parfois moches. Sur PS5, cet homogénéité est moins flagrante mais tout de même remarquable.
  • Les cheveux longs moches toujours présents sur PS4. Amélioration visible sur PS5.
  • Bugs de texture toujours aussi récurrents, sur les deux plateformes.
  • Aucune amélioration sur les ceintures, qui conservent toujours cet aspect “carton” sur PS4. Sur PS5, cet aspect est moins visible.
  • Des PNJ et une foule peu réalistes, surtout sur PS4.

Point positifs :

  • Certains décors et certaines Superstars sont très beaux. Un gros travail a été fourni pour eux, mais ils font exceptions sur l’ensemble du jeu.
  • Une amélioration dans le graphisme est visible sur l’ensemble du jeu, sauf sur les points abordés plus haut. Sur PS5, les graphismes sont globalement beaux et restent en nette amélioration par rapport à la version PS4 ou simplement WWE 2K20.
  • Sur PS4, l’ensemble reste tout de même esthétique et les autres qualités du jeu vous feront vite oublier ces quelques aspects négatifs. Sur PS5, le joueur devrait être satisfait de son expérience visuelle dans son ensemble.

myGM : un mode prometteur

Avec WWE 2K22, c’est le grand retour du mode GM. Ce mode vous permet de contrôler votre propre brand, avec son propre roster. Dans son ensemble, ce mode est divertissant mais il connait ses limites. Un manque cruel de variétés est à noter.

Vous débutez votre carrière de Manager Général après Wrestlemania et votre objectif est de devenir la meilleure brand possible. Vous serez en concurrence face à RAW si vous choisissez Smackdown et inversement. Votre objectif est simple : obtenir les meilleures audiences.

Pour se faire, vous allez devoir choisir les Superstars qui vont composer votre roster pendant la Draft. Mais attention, vous avez un budget limité. Durant la saison – qui se terminera avec Wrestlemania – vous aurez l’occasion de recruter de manière permanente ou durant quelques semaines des agents-libres qui viendront compléter votre roster.

Tous les aspects du show seront à prendre en considération, cela va de la carte (matchs et promos) jusqu’à la logistique, les arènes ou encore la publicité. Vos choix détermineront la qualité de votre show et vous permettront d’obtenir les meilleures audiences.

L’idée est attrayante et le mode est vraiment plaisant dans son ensemble. Malheureusement, de nombreuses limites rendent votre expérience moins immersive et parfois un peu redondante. Les matchs sont limitées aux 1 vs. 1 et 2 vs. 2, avec comme stipulations Tables match, Extreme Rules, TLC et Hell in Cell.

Vous ne pourrez programmés que trois matchs et deux promos par show, pas plus. Ces limitations empêchent le développement de certaines de vos rivalités et limite encore une fois l’immersion dans un show plus réaliste. Ce manque de réalisme se reflète également sur le manque de champions possibles. Seules les ceintures majeures masculines et féminines sont présentes. Donc pas de titre US, Intercontinental ou par équipe.

Le plus gros point négatif à relever dans ce mode de jeu est très certainement le manque de réalisme. Un épisode de Smackdown dans un gymnase devant 300 personnes, ce n’est pas dans les critères du réalisme. L’obligation de créer sa propre brand aurait évité ces soucis de réalisme.

Votre adversaire, contrôlé par l’IA, n’est pas du tout réaliste également et n’hésitera pas une seconde à couronner Ivar champion de la WWE ou à programmer une rivalité entre Lana et Mandy Rose qui se termine dans un Hell in a Cell match.

Malgré ces limitations, quelques points intéressants apporteront une belle touche à vos heures de jeu. C’est notamment le cas des Power Cards, qui octroient des contraintes et des avantages parfois non négligeables. Vous pourrez également personnaliser votre GM et importer vos Superstars créées.

Points négatifs :

  • Pas assez de variétés dans les matchs et stipulations.
  • Un manque de place dans la programmation des shows.
  • Il manque les ceintures intermédiaires.
  • Un manque de cinématiques se fait ressentir.
  • La brand contrôlée par l’IA est totalement irréaliste.
  • Impossibilité de créer sa propre brand.

Points positifs :

  • Le système de Draft.
  • L’idée des Power Cards et des inconvénients réalistes.
  • La personnalisation de certains aspects.
  • L’aspect stratégique est présent et plaisant.
  • Malgré ses défauts, le mode est très fun et vous ne devriez pas avoir de problèmes à vous amuser dessus.
  • Si le manque de réalisme et les limitations sont levées, ce mode peut très vite devenir un incontournable.

myRise : une réussite

Dans ce mode de jeu, vous allez devoir débuter en bas de l’échelle pour atteindre les sommets et devenir une légende la WWE. Et dans l’ensemble, ce mode est une belle réussite. Malheureusement, tout n’est pas parfait à l’instar des autres modes proposés par 2K22, mais ce mode tire son épingle du jeu en proposant une très grande variétés de scénarios.

Après avoir créé une première sauvegarde, vous allez devoir vous pencher sur la création de votre personnage. Et c’est là que ça coince. Gros manque de nouveautés dans les modèles de visages, les coupes de cheveux et autres aspects. Côté graphismes, les barbes sont particulièrement laides sur PS4. Heureusement, cet aspect saleté/boue des poils ne sont présentes sur PS5.

Les écrans de chargements sont la grosse bête noire de ce mode… Parfois vous n’allez vous dire qu’une seule chose “c’est loooooooong”. C’est surtout le cas en début de partie lors de la partie création. L’autre point négatif majeur de ce mode est le manque de soucis dans les détails et cela nuit au réalisme. Par exemple, les managers sont inexistants et les alliances réelles n’existent parfois pas.

Dans un autre registre mais toujours très bon exemple pour l’illustrer le manque d’attention portée aux détails : dans l’un des scénarios, notre catcheur a combattu masqué pour ne pas être reconnu du public. Jusque là, tout va bien. Mais conserver les mêmes prises et surtout la même musique d’entrée, ce n’est pas très discret et surement pas la meilleure solution pour ne pas être reconnu.

Comme autres points négatifs à améliorer, nous noterons l’absence de connexion entre chaque scénario. Vous passez d’un scénario dans lequel vous êtes champion en solo à un scénario où vous combattez en équipe, sans que votre titre ne soit visible sur vous ou ne soit simplement mentionné. Pour le jeu, c’est comme si que vous n’étiez pas champion.

Malgré ces défauts cités, ce mode est en réalité très plaisant à jouer et a de nombreuses qualités. La première est sans aucun doute l’énorme variétés de scénarios possibles. Il y en a probablement des dizaines et des dizaines, sans compter les matchs que vous pouvez réaliser parfois hors-scénario. Ce n’est donc jamais répétitif et les possibilités sont énormes.

Le joueur a un réel contrôle sur sa carrière et n’est pas systématiquement guidé d’un point à A vers un point B par le jeu. Même si cela est parfois le cas et c’est souvent regrettable. Vous aurez la possibilité de choisir un scénario parmi plusieurs proposés à un même moment de l’histoire.

Vous pourrez ainsi contrôler la majeure partie de votre carrière facilement, que ce soit les titres que vous convoitez, la brand dans laquelle vous voulez signer et même l’attitude (face ou heel) que vous souhaitez adopter. Ce vaste choix vous permettra de recommencer le mode encore et encore, sans jamais avoir la même carrière toute tracée.

Dans ce mode, le joueur pourra également changer de lieux, ce qui débloquera de nouveaux types de scénarios. Les réseaux sociaux ont une place importants dans myRISE, car c’est avec cet outil que vous allez déclencher la majorité des nouveaux scénarios.

Point négatif :

  • Encore et toujours un manque de réalisme sur certains points.
  • Des écrans de chargement parfois interminables et qui cassent la dynamique.
  • Un manque de variétés dans la création du personnage et surtout des entrées.
  • Les scénarios ne sont pas connectés et cela affecte l’immersion du joueur.
  • Parfois, le joueur est obligé de compléter un objectif durant un match (comme le gagner, par exemple) pour poursuivre le scénario. Ce point est regrettable car certains matchs sont sans objectif et la suite de l’histoire est déterminée en fonction du résultat.

Points positifs :

  • Le mode est très plaisant et divertissant.
  • Une grande diversité dans les scénarios.
  • Le joueur a un réel contrôle sur sa carrière et ses choix impacteront les scénarios suivants.
  • Beaucoup d’interactions diverses possibles, il y a toujours quelque chose à faire de nouveau.
  • Le mode ne sera pas répétitif si vous décidez de recommencer à zéro et la sensation de nouveauté restera présente si vous le décidez ainsi via vos choix.
  • Le choix du style de combat est appréciable.
  • L’onglet réseaux sociaux.
  • La gestion des compétences est intuitive, mais peut-être un peu trop simpliste.
  • Le menu est clair et la prise en main est facile.

Un mode Showcase agréable mais peu fourni

L’idée de se replonger dans la carrière de Rey Mysterio est un grand oui, malheureusement le mode se termine très rapidement, en tout juste une ou deux heures. Les histoires racontées par Rey Mysterio lui-même durant les matchs proposés dans ce mode offrent au joueur une immersion totale, avec en plus de cela l’ajout de transitions entre les images le gameplay et de la réalité.

Les joueurs peuvent très facilement se mettre dans l’état d’esprit qu’avait le personnage de Rey Mysterio durant ses matchs, et c’est un gros point positif. Malgré tout, plus de moments hors-kayfabe n’auraient pas été de refus. Dans l’ensemble, ce mode Showcase réussi son rôle et offre une belle immersion aux fans du luchador.

Cependant, le contenu reste assez pauvre et de grands matchs manquent à l’appel. C’est notamment le cas de la victoire de Rey Mysterio au Royal Rumble 2006 ou encore sa victoire pour le titre poids lourd à Wrestlemania 22 face à Randy Orton et Kurt Angle.

Points négatifs :

  • Durée de vie trop courte, pas plus qu’une petite poignée d’heures de jeu. Rajouter deux/trois histoires au mode serait une bonne idée.
  • La possibilité d’ajouter une voix-off pour la traduction française aurait été un plus, car il est difficile de suivre le texte, et les images en simultané.
  • Un manque d’images exclusives.
  • Un mode de jeu trop orienté kayfabe.
  • Il manque la victoire de Rey Mysterio au Royal Rumble 2006, ainsi que sa victoire pour le titre poids lourd à Wrestlemania 22 face à Randy Orton et Kurt Angle.

Points positifs :

  • L’immersion à travers l’histoire et la carrière proposée dans le mode.
  • Les commentaires de Rey Mysterio lui-même pendant les matchs sont un grands plus. Cela permet aux fans de se mettre dans l’état d’esprit qu’avait le personnage de Rey Mysterio durant ses matchs.
  • Les transitions entre les images du gameplay et de la réalité.
  • L’idée de déverrouiller des récompenses.

Le game play, le nerf de la guerre

Un jeu-vidéo aura beau proposer les meilleurs modes possibles, les plus beaux graphismes et les plus grandes des innovations, si le gameplay n’est pas au rendez-vous les fans n’y seront pas non plus. N’étant pas spécialistes du jeu-vidéo, cette analyse ne sera qu’un simple avis de simples joueurs lambdas.

La prise en main de cet opus est plutôt simple et rapide. Les différentes combinaisons s’enchainent plutôt bien et le jeu se montre assez fluide dans l’enchainement de certaines prises. Cependant, des problèmes persistes toujours. C’est notamment le cas des attaques parfois dans le vide, un système de contres trop aléatoire et la difficulté de placer ou d’utiliser les objets.

Concernant les objets justement, il arrive parfois qu’ils soient impossibles de les ramasser ou de les placer facilement. La suppression de la poubelle est également dommage, mais l’ajout du panneau STOP et de la crosse de hockey est appréciable. Les scènes et matchs en coulisses sont meilleures que les précédentes éditions et offrent de nouvelles possibilités aux joueurs.

Sur le ring, il est fréquent de s’assommer seul car le personnage rate sa cible, permettant à l’adversaire de reprendre l’avantage (trop) facilement. Un des autres problèmes du game play de WWE 2K22 reste aussi ce que l’on pourrait appeler “le syndrome John Cena”.

Votre adversaire charge beaucoup trop vite ses barres lui permettant de lancer son attaque spéciale et cela même si ce dernier ne vous a pas touché une seule fois de toute la rencontre. Ainsi, on se retrouve parfois dans des situations où il suffit à votre adversaire d’asséner un contre, quelques prises, une attaque spéciale et un finisher pour vous vaincre. Heureusement, cela n’arrive que rarement.

Le dernier problème majeur du gameplay de WWE 2K22 est les matchs à plusieurs. Seul le terme “un sacré bordel” peut qualifier les combats qui cumulent au minimum quatre ou cinq Superstars sur le ring au même moment. Vous tombez sans arrêt, constamment bousculé par les autres participants. Les Ladder matchs sont une horreur, avec des échelles qui partent dans tous les sens et qui tombent par magie au moindre contact.

Les matchs par équipe ne font pas exception. Réaliser un tombé sans qu’il ne soit brisé par l’équipe adversaire est une véritable galère. L’intervention du ou des co-équipiers de votre adversaire est constante, rendant la tâche extrêmement difficile – voire carrément impossible dans certains cas. Une mise à jour pour corriger ces problèmes est impérative.

En dehors de ces problèmes, plusieurs points positifs sont évidemment à signaler. Le système des soumissions a été repensé et est plus simple à prendre en main. L’ajout des combos est un gros plus. Également, pas mal de nouvelles techniques et prises ont été ajoutées, offrant une variété de mouvements assez complète.

Points négatifs :

  • Un sytème de contres trop aléatoire.
  • La suppression de la poubelle comme arme.
  • Prise en main des objets médiocre.
  • Bugs récurrents dans le lancement de certains finishers, les empêchants de les utiliser.
  • Le “syndrome John Cena”, ne récompensant pas le mérite du joueur pour avoir dominé la rencontre.
  • La fâcheuse tendance des personnages de s’assommer seuls en ratant leur cible pour aucune raison.
  • Quelques bugs par ci par là, surtout avec les cordes, mais qui ne perturbent pas spécialement l’expérience de jeu.

Points positifs :

  • L’ajout des combos.
  • La fluidité dans la transition et l’exécution de certaines prises.
  • L’ajout de nouvelles armes.
  • Le système des soumissions.
  • Les combats en coulisses.
  • Le répertoire des attaques.
  • Une prise en main plutôt simple et intuitive.

En conclusion

Cet opus de WWE 2K22 a de belles qualités, mais a également sa part de défauts. Le gameplay sur certaines situations en est un, tout comme le manque de réalisme globale et le manque de petits détails qui permettent au jour de se plonger complètement dans l’univers.

Ses modes sont intéressants mais il y a cruel manque d’attention à la finition qui permettrait au jeu d’être aussi excellent que promis par l’éditeur. Néanmoins, les différents modes et les vastes personnalisations des aventures permettent au joueur de s’amuser et de ne pas s’ennuyer. Entre le mode GM, Rise et Faction – sans compter les créations, le mode Showcase, Univers, l’exhibition etc. – tout fan de catch trouvera son bonheur tout au fil de l’année lorsqu’il allumera sa console.

WWE 2K22 a un contenu très fourni mais, peut-être un peu trop finalement. Ce large choix offert au jouer représente un avantage certain mais il entraine avec lui un contenu moins travaillé et moins porté sur les détails. En revanche, cet opus est porteur d’espoir. Si 2K se décide à conserver ce qu’il a su créer cette année mais en améliorant l’aspect game-play et en apportant des touches plus réalistes, plus complètes et plus détaillés à son prochain jeu, celui-ci n’aura aucun mal à devenir un incontournable.

Les points principaux à corriger :

  • Un gameplay encore un peu trop maladroit, surtout dans les matchs à plusieurs.
  • Un mode GM trop limité et avec un manque cruel de réalisme.
  • Un mode Showcase trop court.
  • L’attention portés aux détails dans le mode myRISE n’y est pas, les scénarios ont besoin d’être connectés entre eux pour permettre une immersion totale.
  • Un mode création revu à la baisse. La suppression des entrées avancées, le manque de variétés ou de renouvellement dans les modèles de visages, cheveux, pilosité, tatouages etc. pour les Superstars. Un manque de variété dans la création des arènes se fait également ressentir.
  • Un graphisme hétérogène et qui n’est pas digne de ses promesses.
  • Des crashs surviennent régulièrement lors des créations ou téléchargements de contenus pour certains utilisateurs (nous n’avons pas connu de tels problèmes).

Les points principaux positifs et prometteurs :

  • L’ajout des combos offrant une plus grande variété dans les matchs.
  • L’ajout des photos personnalisées pour les personnages téléchargés est un gros plus.
  • Des graphismes nettement à la hausse par rapport à WWE 2K20, bien que “époustouflant” soit un mot exagéré pour les qualifier.
  • Malgré ses défauts, le mode GM est amusant et est surtout très prometteur.
  • Dans son ensemble, le mode myRISE est une réussite.
  • L’ajout du Thunderdome comme arène est une touche très sympa qui permet d’ajouter du réalisme dans certains modes.
  • Le jeu reste dans son ensemble agréable et vous n’aurez aucun mal à trouver au moins un mode qui vous fera enchainer les nuits blanches.