La AEW licencie trois stars, dont Jimmy Havoc et Bea Priestley

6

Dans la nuit du jeudi au vendredi, la AEW a supprimé les profils de Sadie Gibbs, Jimmy Havoc et de Bea Priestley de leur site internet, laissant planer un doute quant au futur de ces derniers. Sur les réseaux sociaux, Gibbs a confirmé son départ de la compagnie.

Concernant cette dernière, il semblerait que la pandémie du COVID-19 soit liée à sa libération de contrat. Habitante du Royaume-Uni, Gibbs est incapable de voyager aux États-Unis en raison des interdictions de voyages entre les deux pays.

Concernant Jimmy Havoc et Bea Priestley, les deux n’ont pas confirmés leurs départs mais Wrestling Observer affirme que c’est bel et bien le cas. Signée en février 2019 après avoir refusé une offre de la WWE, Priestley a combattu pour la dernière fois à Dynamite lors de l’épisode du 11 mars 2020. La raison de son départ est pour le moment inconnue, mais il intervient deux mois après une polémique concernant elle et Will Ospreay.

Par ailleurs, cette polémique est liée au mouvement #SpeakingOut qui a fait du bruit au mois de juin sur Twitter. S’il est impossible d’affirmer que c’est ce mouvement qui est responsable du départ de Priesley, il est moins difficile de penser qu’il l’est pour Jimmy Havoc.

Le vétéran des rings a été accusé par une femme nommée Rebecca Crow d’abus physique et mental pendant leur relation, qui remonte à quelques années en arrière. Dans un communiqué, la AEW avait annoncé la suspension de Havoc quelques jours après ces révélations et a incité le catcheur a se faire aider pour soigner ses problèmes mentaux et d’addiction. Sa dernière apparition à Dynamite remonte au 17 juin 2020.