Tommy Dreamer confesse avoir voulu assassiner Paul Heyman avant de se suicider à Wrestlemania 17

0

Lors de la dernière édition de son podcast “House of Hardcore”, Tommy Dreamer” a révélé une terrible histoire l’impliquant en 2001. Dépressif à la fermeture de la ECW cette année là, Tommy Dreamer explique dans son podcast avoir eu l’intention d’assassiner Paul Heyman, avant de mettre fin à ses jours, en direct à la télévision lors de Wrestlemania 17 :

“Je me souviens que j’ai fait un show à Houston au Texas et j’ai vu une pancarte qui disait “Guns Welcome”. J’ai demandé ce que cela voulait dire. Je suis de New York, je n’étais pas sur de savoir ce que voulait dire “Guns Welcome”. Ils m’ont répondu : “Ça veut dire que vous avez le droit d’apporter une arme à feu dans la salle.” J’étais en face de l’Astrodome [arène où s’est déroulé Wrestlemania 17] et je peux vous dire que cette phrase tellement, mais tellement, résonné dans ma tête.

Je vais vous dire ce que je voulais faire et c’était malsain que je puis penser ça. A WrestleMania, j’allais sauter la rampe et coller une balle à l’arrière de la tête de Paul Heyman à la table des commentateurs. Puis je me serais tué. L’ultime martyr. J’allais faire ma pose puis, boum, appuyer sur la gâchette. Parce que j’étais à ce point fou. Je ne sais pas si je l’aurais fait, mais c’est ce à quoi je pensais tous les jours. Je me disais : “Je vais entrer dans l’histoire. Juste, boum.” D’abord, les gens auraient pensé que c’était un angle, jusqu’à ce que je lui tire dessus. J’étais tellement déprimé et tellement fou de rage que j’avais besoin d’aide.

Par hasard, j’ai reçu un coup de fil d’un numéro que je ne connaissais pas… Je n’ai pas décroché. Je me souviens avoir eu ces pensées, et c’était terrible. J’avais un flingue, je me foutais de tout. Pouvez-vous imaginer l’horreur que j’aurais créé et l’impact sur mon héritage ? J’aurais ruiné WrestleMania, que j’adore. Ça aurait été l’horreur pour tout le monde. Ces pensées étaient tellement, tellement folles dans ma tête. Dans ma tête, je me disais : ” Je deviendrais infâme, célèbre pour la mauvaise raison.”. Je suis content de ne pas l’avoir fait.

Ce coup de fil en question venait de Jim Ross. Il m’avait laissé un message vocal qui disait: ” Salut Tommy, c’est Jim Ross. Je voulais juste que tu saches que nous pensons encore à toi, que nous allons y arriver. Juste, tiens bon. Merci.”

Je suis tellement content de ne pas l’avoir fait. Je suis tellement heureux d’avoir reçu cet appel téléphonique de quelqu’un qui était un étranger pour moi. Je connaissais à peine ce gars. Grâce à ça, il y a eu un autre jour. Il y en a eu beaucoup d’autres.”