Négligences, séquelles et menaces : Ryback se livre sur la WWE

0

Lors de son podcast “Conversation With The Big Guy”, l’ancienne Superstar de la WWE, Ryback, est revenue sur la chronique-vidéo polémique de John Oliver, présentateur de “Last Week Tonight”. Dans cette vidéo, disponible à ce lien, Oliver a accusé la WWE de ne pas prendre soin de ses talents, notamment en terme de couverture santé. Ryback est donc revenu sur le sujet et parlé de son expérience avec la WWE, entre blessure, négligence, chantage et menace :

“La vidéo était parfois hilarante, mais elle a été montée d’une manière très divertissante, construite autour de faits. J’ai découvert, en passant, que la WWE menaçait de le poursuivre en justice et d’autres choses que j’ai découvertes en parlant aux gens. Ne vous inquiétez pas John, ils ne vous feront rien. Je peux vous le promettre. Mais c’est comme leur tactique de petite brute. Et je ne suis pas amer ou négatif. C’est la vérité. C’est ce qui se passe et j’ai une véritable expérience dans cette façon dont ils agissent et de ce genre de choses. Mais beaucoup de gens l’ont regardé [la vidéo] et je pense que c’est le meilleur moyen d’y remédier, parce que si tout le monde voulait bien partager cette vidéo, la faire circuler, je pense que cela lui donnerait la meilleure des chances pour faire bouger les choses.

Pour une raison quelconque, au fil des ans, ils ont été en mesure d’être la seule entreprise a pouvoir vraiment appliquer ce genre de méthodes. Il n’y a tout simplement pas de règles avec ça, avec eux, et ils s’en tirent à bon compte. C’est ce qu’ils font aussi avec les réseaux sociaux. Ils nous ont tous réunis dans une pièce pour signer un contrat dont je suis seul à avoir refusé de signer. Ils ont incité tout le monde à signer ces contrats pour les réseaux sociaux, qui stipulent plus ou moins le fait qu’ils ont le droit de les supprimer ou en faire ce qu’ils veulent, en prendre le contrôle total. Ce qui est très dangereux, sachant qu’en plus je voulais déjà partir à ce moment là. Je ne voulais pas le faire et j’en ai parlé dans les médias, puis quand je suis parti ils m’ont menacé par courriers de me poursuivre.

Il n’y a personne qui s’occupe des catcheurs et c’est là le problème. C’est une situation très dangereuse et effrayante, et l’industrie est déjà dans un état lamentable. Sans catcheurs, il n’y a pas de WWE. Et ils en sont conscients, et pourtant les catcheurs sont très mal traités. Ils ne gagnent pas tant que ça. Je connais des gens qui touchent des salaires très, très, très bas et qui sont sur la route, tout comme tous les gars, ce petit groupe de gens qui gagnent un peu plus. Mais si la WWE leur demande quelque chose, ils le font et les gars ne disent rien. Les gens sous contrat avec la WWE et les catcheurs indépendants ne diront rien de négatif car ils veulent tous aller là bas. N’est ce pas ? Et la WWE le sait et ils en profitent. Et ces gars doivent faire face aux remarques de certains fans comme “Tu devrais de sentir chanceux d’être catcheur, tu peux voyager à travers le monde.”

Les gens se disent “Les catcheurs ne devraient pas signer ces contrats, ils devraient en parler ouvertement.” Le problème c’est qu’ils [La WWE] ont créé un environnement basé sur la peur. Si cinq personnes en parlent ouvertement, à votre avis, que va t-il se passer pour ses cinq personnes ? Ils vont se faire virer dans le meilleur des cas, ou alors ils vont être invisible à la télévision ou devenir le pire des jobbers puis se feront virer deux ans plus tard quand ils deviendront “inutile”. Ces personnes n’en parleront pas. Les gars à la John Cena, Stone Cold et The Rock ont cette étrange mentalité loyale envers Vince, car il les a rendu riches. Donc ils sont loyaux et disent des choses comme “On en parle pas. Ça nous convient.”.

Un gros point d’où ils ont parlé dans la vidéo, c’est l’assurance santé et le fait que les catcheurs sont couverts en cas de blessures dans le ring. C’est bien réel. Si tu te blesses ou autres, tu seras couvert tant que tu es encore employé mais une fois que tu es plus là, tu n’es plus couvert par cette assurance. Il n’y a aucun système, rien en place et c’est de ça dont John Oliver parle dans sa chronique et ils ont donné des exemples de catcheurs qui sont morts jeunes. Cependant la ligne est mince. Le problème de l’industrie du catch c’est le planning que Vince impose aux gars qui t’obliges à te battre pour ta vie. Sans catcheurs, il n’y a pas de WWE. Et ils en sont conscients, et pourtant les catcheurs sont très mal traités. Il y avait un gars, Matt, qui s’occupait de prendre toutes les décisions me concernant même s’il n’aurait jamais dû.

Quand je me suis cassé la cheville et la jambe à l’époque de la Nexus, il m’a envoyé vers un docteur qui s’est totalement raté pendant l’opération de ma cheville et de ma jambe. Le gars m’a provoqué des dommages aux nerfs tout le long de la jambe. J’ai perdu la fonction de mon pied et de mon gros orteil à l’époque. J’ai toujours pas la fonction de mon gros orteil aujourd’hui. Ça a nécessité trois opérations. J’étais absent pendant un an et demi. Le médecin qui m’a opéré était à Birmingham en Alabama, mais ils ne m’ont jamais envoyé là bas, j’y suis allais moi-même. Ils ont essayé de m’envoyer à Tampa pour économiser de l’argent. J’ai discuté de beaucoup de choses dans ce podcast et beaucoup d’erreur ont été faites à plusieurs niveaux.

Quand on m’a enlevé les broches en métal de ma jambe, le médecin m’a dit que trois médecins m’ont dit que je n’allais plus jamais pouvoir catcher. Ils ne pensaient pas que ce serait possible avec les dommages qui avaient été faits à ma jambe. Je vois donc ce médecin, le Dr McBride, qui a été tué dans un accident de voiture depuis, qui a réparé ma jambe et qui a sauvé ma carrière. Il a dit : “Je ne peux rien vous promettre, mais ça vous donnera la meilleure des chances de pouvoir continuer à catcher. Le lendemain de l’opération John Laurinaitis, qui était responsable des relations avec les talents à l’époque, m’a appelé et l’appel était enregistré.

J’ai compris qu’il était enregistré parce que vous entendez un certain son quand ils vous enregistrent et quand c’est un appel très politiquement correct, si je peux dire ça comme ça. Et je me suis dis qu’ils allaient essayer de me virer à un moment ou un autre. Et bien sûr, j’étais à la gym quand ils m’ont appelé. Je me préparais à recevoir le feu vert afin de revenir. J’allais probablement avoir le feu vert, mais j’avais encore beaucoup de dommages à ma jambe, mais je savais que je devais revenir après un an et demi. Donc du coup John Laurinaitis m’a appelé et m’a viré. C’était après la Nexus. J’avais 29 ans et je m’apprêtais à revenir. Je n’avais pas encore reçu le feu vert des médecins que je m’étais fait virer par téléphone. J’ai passé 20 minutes à lui dire : “Vous ne me virez pas”, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla et un tas de conneries. Ils m’ont envoyé mes papiers de licenciement par accident. J’ai encore ces papiers de licenciement.

J’ai dû trouver des avocats. J’ai ensuite rappelé la WWE pour leur dire “Qu’est-ce qui se passe bor*** ?” Ils ont paniqué et ont dit “Non, non, non, non, déchirez ces papiers. Déchirez ces papiers.” Je alors amené ces papiers directement à mes avocats qui ont alors commencé à monter un dossier contre la WWE car ce qu’ils avaient fait était illégal. Mon intention n’a jamais été de faire quelque chose contre la WWE. Je voulais juste avoir l’opportunité de revenir pour faire ce que j’aimais et gagner ma vie en luttant et être à mon meilleur.

J’ai également intenté une poursuite de plusieurs millions de dollars contre le médecin de l’hôpital de Tampa qui a fait l’opération. Le médecin qui m’a soigné allait témoigner au sujet de tous les dommages que m’a jambe a subi, qu’il a réparé et sur lesquels ce type avait merdé. Donc pour revenir à la WWE, j’ai dû les forcer pour revenir en tournée. Ils ont essayé de me remettre en développement. J’en ai parlé à Hunter. J’ai dû dire : “Non, je ne retourne pas au développement.” puis je suis retourné à Vegas. Je suis rentré chez moi tout seul. Ils m’ont laissé à la maison pendant quelques mois, deux ou trois mois, puis ils m’ont finalement rappelé afin de retourner en tournée et c’est ce qui a marqué mon retour à la WWE en tant que Ryback. Mais il y a beaucoup de “et si”, si j’avais suivi le courant des choses. Soit j’aurais été viré, soit ils m’auraient simplement mis en développement et m’auraient laissé pourrir là-bas.

Bref, avançons. Je suis maintenant Ryback à la WWE et je suis dans les main events, et je me prépare pour le match face à CM Punk. C’était peu de temps avant Hell in the Cell. Si vous regardez l’ensemble de ma carrière et tout ce qu’ils m’ont fait, ça remonte à cette histoire. Jane Geddes, cette pauvre co*** qui travaillait pour la WWE au poste de Laurinatis, m’a appelé pour me forcer à retirer ma plainte envers les médecins que je poursuivais. Ils m’ont menacé de me virer si je ne le faisais pas, alors que cela n’avait rien à voir avec la WWE. Elle m’a dit que si je souhaitais conserver mon statut actuel et si que je souhaitais tout simplement garder mon job, je dois abandoner les poursuites. La date limite pour abandonner les poursuites arrivait dans à peine quelques semaines, je devais donc me dépêcher.

A ce moment là, mes avocats attendaient mon feu vert pour lancer les poursuites. Je les ai appelés et dit : “Nous devons abandoner le procès”. Ils m’ont supplié de venir leur parler, ce que j’ai fait pendant mon jour de repos, ils m’ont alors dit que je devrais poursuivre le procès et ne pas les écouter bla, bla, bla. J’ai répondu “Non, tout ira bien. Je serais un “team player”. Je serai un bon soldat. Ce ce qu’ils veulent.” et j’ai abandonné le procès. Une fois le délai de prescription écoulé, la WWE me l’a fait à l’envers.

Donc voilà, c’est juste pour que les gens puissent comprendre à quel point c’est personnel pour moi. Voilà pourquoi je suis très passionné en parlant de ce sujet, afin que tout cela ne puisse plus jamais arriver à un autre catcheur. Et j’ai parlé de tout cela car un grand point a été soulevé en parlant de l’assurance maladie et des catcheurs couverts par les blessures dans le ring. C’est un vrai truc. Si vous vous blessez là-bas ou quoi que ce soit de ce genre, ils vous couvriront pendant que vous y serez employé, mais une fois que vous serez parti, il n’y aura pas d’assurance santé.”