Jerry Lawler revient avec émotion sur la disparition de son fils, Brian Christopher

0
Jerry Lawler aux côtés de son fils Brian.

Le dimanche 29 juillet 2018 restera une date terrible dans la mémoire de Jerry Lawler après l’annonce du décès de son fils Brian Christopher. N’étant pas sur place au moment du drame, le célèbre commentateur de la WWE a fait le déplacement en urgence pour dire une dernière fois au revoir à Brian que les médecins avaient gardé en vie après sa tentative de suicide. Dans un état critique, l’ancien Grand Master Sexay s’est finalement éteint à l’âge de 46 ans.

Suite à cette perte tragique, Jerry Lawler a assisté aux funérailles de son fils il y a maintenant quelques jours et il s’est exprimé sur cet événement durant son podcast, “Dinner With The King”.

“Durant toute ma vie, je n’ai jamais rêvé que je pourrais recevoir un tel coup de téléphone, même dans un million d’année.” explique Lawler “J’étais totalement dévasté et les événements qui ont suivi n’étaient pas mieux. Vous commencez soudain à vivre un véritable cauchemar. J’ai reçu un appel du shérif lorsque j’étais en Caroline du Nord. Je savais que c’était la vérité, mais au fond de moi, je n’y croyais pas. J’étais bloqué dans la ville de Raleigh et il n’y avait rien que je puisse faire avant le lendemain pour prendre mon avion en direction de Memphis. Lorsque je suis arrivé, cela m’a fait un choc de voir Brian allongé et je voyais qu’il n’allait pas bien du tout. La seule chose qui le maintenait en vie était cette machine à côté de lui. Les médecins nous ont dit que son cerveau avait été privé d’oxygène bien trop longtemps et qu’il n’y avait aucune chance d’avoir une réponse. Sans parler de miracle, les experts présents nous ont dit qu’ils n’avaient jamais vu quelqu’un dans le même état que Brian revenir. Ils pouvaient éventuellement prolonger sa vie avec des médicaments, mais cela n’aurait fait que retarder l’inévitable. Nous avons demandé à ce qu’il ne reçoive plus les médicaments pour augmenter son pouls. Sa tension artérielle a très rapidement diminuée en une vingtaine de minute pour arriver quasiment à zéro. Nous nous sommes tenus juste là, à côté de lui et je tenais sa main. Son cœur s’est arrêté. C’était terminé.”