Les dix plus grands champions de la WWE de l’histoire

23
Les plus grands champions de la WWE de l'histoire.

Créé en 1963, le titre suprême de la WWE représente la récompense ultime pour un lutteur professionnel. Depuis sa création, la ceinture aura connu au total cinquante champions différents dans toute son histoire. Aujourd’hui sur Catch au Quotidien, nous allons dresser une liste des dix plus grands champions de la WWE de l’histoire. Cette dernière ne sera pas présentée sous la forme d’un top 10 étant donné que nous avons tous des critères bien différents. Sachez seulement que les choix qui vont suivre seront basés soit sur le nombre de règnes, sur les matchs références ou bien sur l’impact historique dans ce sport. N’hésitez pas à donner votre propre liste dans les commentaires.

Bruno Sammartino

Puissant, charismatique, populaire, Bruno Sammartino avait absolument tout pour plaire aux fans dans les années 60/70. Après avoir fuit la guerre dans son pays en Italie, Sammartino tente de se faire une place dans la société américaine. Maltraité à cause de son physique trop faible, il décide d’y remédier en poussant les portes d’une salle de musculation. Un promoteur de lutte finira par le repérer et lui donner ses premiers combats. Le talent du jeune homme ne tardera pas à attirer l’attention de Vincent J McMahon Sr., le père de Vince McMahon Jr.. Très vite, il remporta le titre majeur de la WWWF (ancêtre de la WWE) et le conservera pendant 2803 jours, un record jamais égalé depuis. Sammartino est une véritable attraction nationale et ils sont des milliers à venir le voir combattre au Madison Square Garden de New-York. Il sera le seul lutteur dans l’histoire à avoir rempli cette salle plus d’une centaine de fois. Sammartino est sans conteste l’homme qui a donné de l’importance à cette salle américaine. Blessé, il perdra le titre face à Ivan Kollof avant de le remporter une seconde fois en 1973. Un règne loin d’être ridicule puisque la ceinture restera autour de ses hanches pendant plus de 1200 jours.

Bob Backlund

Loin des strasses et des paillettes, Bob Backlund était un champion avec un physique atypique pour son époque. Après le succès connu par Bruno Sammartino, Backlund aura réussi à s’imposer dans un milieu où les physiques imposants sont rois. Couronné, il conservera la ceinture de champion de la WWE pendant 2135 jours, en un seul règne. Bien moins imposant que ses prédécesseurs, le lutteur aura usé de sa technique pour battre ses adversaires l’un après l’autre avec son terrible Chicken Wing. Ces derniers étaient loin d’être des Shawn Michaels, The Rock ou autres CM Punk, mais le maître du ring fin des années 70/début 80, c’était lui. En 1994, il parviendra à remporter un second titre en battant Bret Hart durant les Survivor Series. Bien moins glorieux que le précédent, il cédera sa couronne seulement trois jours après face à Diesel, dans un match de huit secondes. Deux règnes complètement différents, mais qui font partie de l’histoire.

Hulk Hogan

En battant The Iron Sheik le 23 janvier 1984, Hulk Hogan deviendra sans le savoir le visage d’une fédération pendant plusieurs années. Durant les années 80, aucun fan ne pouvait manquer le lutteur avec sa tenue jaune et rouge. Porté par ses Hulkamanics, Hogan remportera pas moins de six titres de champion de la WWE dans sa carrière avec des rivalités mémorables contre Randy Savage, l’Ultimate Warrior, The Undertaker et même Triple H. Après son retour à No Way Out en 2002, le Hulkster s’était rapidement placé dans la course au titre Unidsputed détenu à l’époque par “The Game”. Moins d’un mois plus tard, Hogan sera détrôné par l’Undertaker qui à l’heure actuelle reste le seul lutteur de l’histoire à l’avoir battu deux fois pour remporter un titre majeur.

Bret Hart

Dans les années 90, si vous regardiez Bret Hart lutter dans un ring, vous n’aviez pratiquement aucune chance de vous ennuyer. Technicien de génie, le canadien aura grandement contribué au renouveau de la fédération en passant après des lutteurs comme Hulk Hogan, Randy Savage ou encore l’Ultimate Warrior. Entraîné dans le célèbre donjon des Hart, “The Hitman” aura remporté pas moins de cinq titres de champion de la WWE en l’espace de cinq ans. Ric Flair ; Yokozuna ; The Undertaker ; Diesel : Bret Hart était capable de battre absolument n’importe qui avec sa maîtrise de la lutte et sa célèbre prise de soumission, le Sharpshooter. Durant sa carrière, il aura livré des matchs cultes face à des stars comme Shawn Michaels, Roddy Piper, Ric Flair ou encore son regretté frère, Owen Hart.

Shawn Michaels

“Seulement” trois titres de champion de la WWE dans son palmarès, Shawn Michaels reste malgré tout l’auteur de deux victoires qui font encore parler d’elles aujourd’hui. Son premier titre, HBK l’a remporté au terme d’un Iron Man Match culte contre Bret Hart lors de Wrestlemania 12. Pendant une heure, aucun des représentants de la New Generation n’aura réussi à prendre l’avantage sur l’autre. Ce n’est qu’après les prolongations qu’il décrochera le précieux sésame à l’aide son arme létale, le Superkick. Quelques années plus tard, il sera au cœur d’une controverse mythique incluant Vince McMahon et une fois de plus, Bret Hart. Bloqué dans son propre Sharpshooter, “The Hitman” perd le match après que le chairman de la compagnie ait ordonné qu’on sonne la cloche. Le règne de Michaels démarre sous les critiques du monde de la lutte et il se terminera en laissant la place à l’une des ères les plus populaires de l’histoire, l’Attitude Era.

‘Stone Cold’ Steve Austin

Fin des années 90, un lutteur fait énormément parler de lui dans le monde de la lutte professionnelle. Son nom, ‘Stone Cold‘ Steve Austin. Rebelle ultime envers Vince McMahon, Austin aura été le symbole d’une ère considérée par beaucoup comme légendaire. Avec ses six titres de champion de la WWE, le lutteur originaire du Texas est devenu tout aussi (voir plus) important qu’un certain Hulk Hogan. Qu’il s’agisse de Shawn Michaels, Triple H, The Rock, Chris Jericho, Kane, The Undertaker, Kurt Angle, tous auront subi la colère de Steve Austin. Véritable taulier micro en main, il est à l’origine de certaines des catchphrases les plus connues de l’histoire comme par exemple “What?”, “Austin 3:16”, “Hell Yeah” ou encore “And that’s the bottom line ’cause Stone Cold said so”. Se frotter à Austin était quelque chose de risquer à cette époque, mais certains lutteurs auront réussi à sortir du lot.

The Rock

Comment parler de ‘Stone Cold’ sans évoquer son plus grand rival. Co-leader de l’Attitude Era, The Rock peut se vanter d’avoir remporté pas moins de huit titres de champion de la WWE durant une carrière relativement “courte” d’où sa place dans cette liste. Capable de tenir tête à son ennemi juré micro en main, The Rock aura lui aussi fait plier les têtes d’affiches de son époque. Couronné de succès à Hollywood, le “People’s Champ” n’a pas abandonné le monde du divertissement sportif pour autant. En début d’année 2013, il met un terme au règne de CM Punk onze ans après avoir remporté son dernier titre majeur dans la fédération de Vince McMahon. Loin d’être le plus technique entre les cordes, “Rocky” est surtout un monstre de charisme qui aura marqué à jamais l’histoire du titre de la WWE.

Triple H

Durant sa carrière à Stamford, Triple H aura remporté pas moins de neuf titres de champion de la WWE. Loin d’avoir eu les règnes les plus longs de l’histoire, “The Game” aura tournée autour du titre majeur dans des rivalités historiques face à des lutteurs comme The Rock, Chris Jericho, Mick Foley, Randy Orton, John Cena ou encore Edge. Sans prendre en compte ses règnes de champion du monde poids lourd, Triple H attire l’or sans aucun problème. En 2016, la WWE annonce que le titre suprême sera défendu par Roman Reigns durant le Royal Rumble match. Après avoir éliminé Dean Ambrose en dernière position, Triple H est devenu le second lutteur de l’histoire à ressortir du Rumble match avec le titre majeur. Le seul homme ayant également accompli cet exploit n’est autre que le “Nature Boy”, Ric Flair. Ce dernier avait remporté la ceinture en 1992 qui était à l’époque vacante.

John Cena

En remportant son match face à AJ Styles au Royal Rumble 2017, John Cena est parvenu à égaler le record établi par Ric Flair en décrochant son seizième titre de champion du monde, dont treize en tant que champion de la WWE. Tout comme Hulk Hogan, Cena n’était pas au sommet de la fédération pour ses capacités dans le ring, mais plus pour ce qu’il dégageait auprès des fans. Monstre de régularité dans la fédération de Vince McMahon, “The Champ” est également quelqu’un de très actif en dehors des rings où il oeuvre pour des associations comme par exemple Make a Wish. Solide physiquement, John Cena l’est également micro en main. Durant la PG-Era, il était souvent celui qui menait la danse durant les promos devant des talents comme Randy Orton, Triple H ou encore Edge.

CM Punk

Nombreux sont les lutteurs ayant remporté le titre de la WWE durant le vingt-et-unième siècle, mais aucun ne ressemblait à CM Punk. Cinq ans après ses débuts, le lutteur originaire de Chicago sortira l’une des promos les plus connues de l’histoire avant de quitter la fédération de Stamford avec le titre majeur remporté durant le show Money In The Bank en 2011. Bien que la ceinture lui sera “retirée” très peu de temps après, Punk ne se laissera pas abattre et les fans seront plus que jamais derrière lui. Toujours en 2011 lors des Survivor Series, il remporta son second titre de la WWE qu’il conserva pendant 434 jours très exactement. Il s’agissait à l’époque du plus long règne de l’ère moderne. Le dernier lutteur à avoir détenu la ceinture aussi longtemps était Hulk Hogan avec 1474 jours. Pour parvenir à cet exploit, Punk avait battu des adversaires tels que Daniel Bryan, Chris Jericho, John Cena ou encore Kane.