Lynch : “Wrestlemania est le curseur qui mesure toute l’industrie du catch”

6
Becky Lynch durant son entrée.

«J’ai adoré catcher en France et à Toulouse, c’était la première fois que j’étais payée. J’ai touché 50 Euros, une fortune à mes yeux à l’époque ! »

Sylvain Guernalec vous offre l’interview de la charmante irlandaise Becky Lynch. Elle revient sur ses souvenirs de catch à Toulouse, si elle se sent de lutter en MMA et évidemment Wrestlemania 34 ! N’hésitez pas à suivre Sylvain sur Twitter : @sylvainguern  et sur Facebook : Sylvain Guernalec.

Avant de parler de l’avenir, j’aimerai évoquer avec vous le passé et votre passage à Toulouse en tant que jeune catcheuse pour Fighting Spirit, pourriez-vous évoquer cette époque et vos souvenirs de ce passage ?

Becky Lynch lors de son tout premier show en France, à Toulouse.

«Absolument, j’ai adoré Toulouse, superbe ville, et les gens étaient extra avec moi aussi. Je me souviens de cette époque, c’était la première fois que j’allais catcher en France et avant d’embarquer vers le Canada pour poursuivre le catch comme plan de carrière. C’est aussi la première fois que j’étais payée, 50 Euros si je me souviens bien. C’était une fortune pour moi à l’époque, je me sentais riche ! Je m’éclatais, c’était pour le plaisir, et du coup d’être payé pour catcher devenait irréel alors qu’avant ça je payais pour catcher et m’entrainer. De beaux moments et de superbes souvenirs !»

Vous êtes en couple avec le combattant de l’UFC Luke Sanders et Cyborg (ndlr : championne UFC) vous provoque fréquemment sur Twitter, Ronda Rousey et Brock Lesnar sont désormais sous contrat avec la WWE, les liens se resserrent toujours plus entre ces 2 mondes, avez-vous pensé au MMA comme une carrière éventuelle ?

«Hum, franchement non, je vois les camps d’entrainements et la rigueur que ces athlètes s’imposent, il faut être totalement passionné et habité par un fort désir pour réussir à avoir le niveau. Sur la passion c’est similaire à la WWE, mais y aller de manière légitime dans une cage et se faire frapper au visage n’est pas quelque chose qui m’attire ! Et puis le côté scénarisé du catch et c’est pour ça que j’aime la WWE, nous racontons des histoires dans le ring. Un combat d’UFC peut durer 15 secondes, un KO plus tard et le perdant ne sait même plus où il est alors qu’à la WWE nous proposons du divertissement sportif dans le ring ! Je me cantonne au catch, c’est plus mon truc.»

[themoneytizer id=”15950-28″]
 

James Ellsworth a lancé une ceinture inter-genre sur le circuit indépendant, vous vous êtes retrouvés face à face dans le ring ; si ce dernier revenait à la WWE, souhaiteriez-vous tenter de prendre ce titre ?

«Carrément et je peux vous dire que je remporterai le titre et que je le garderai pour un très long moment !»

Wrestlemania 34 arrive à grands pas, quel est votre niveau d’excitation à savoir que vous avez de grandes chances d’y participer ?

«Nous travaillons tous pour catcher à Wrestlemania, il y a un avant et un après Wrestlemania. C’est le curseur qui mesure toute l’industrie du catch, donc me concernant c’est évidemment pour cela que je travaille et que je catche, pour être présente sur la carte de Wrestlemania. J’ai envie de reprendre ma ceinture de Championne, la Fabulous Moolah Battle Royale a été annoncée, je serais à la Nouvelle Orléans et à Wrestlemania vous pouvez compter là-dessus !»

_________________________________________________
Sylvain Guernalec est journaliste catch & MMA (rédac chef de Catch Evolution, pigiste pour Catch Mag, Planète Catch, FightSport, Top Fight) et coordinateur du Catch Corner du salon Paris Manga. Il est également connu pour avoir été la doublure du duo Agius et Chéreau pour la WWE avec le Groupe AB, partenaire de CAQ, et ancien commentateur des Wrestle Kingdom de la New Japan Pro Wrestling. Sylvain Guernalec a rejoint l’équipe de Catch au Quotidien en tant qu’ambassadeur pour partager ses notes d’humeur, disserter et partager sans concessions ses ressentis et ses impressions sur ce petit monde fascinant qu’est le catch !
Rejoignez Sylvain sur Twitter : @sylvainguern et rejoignez le sur Facebook : Sylvain Guernalec