La Review : Fastlane 2018, un bon arrêt avant WrestleMania ?

37
Que penser de cette édition 2018 de Fastlane ?

Les pay-per-view de la WWE forment la pierre angulaire de la fédération de Stamford. On dit souvent que tous les chemins mènent à Rome, mais à la WWE, tous les chemins mènent au pay-per-view. Dorénavant sur Catch au Quotidien, il vous est proposé de retrouver un article pour chaque pay-per-view de la WWE qui aura eu lieu. Une critique-analyse sera donnée pour tous les matchs présents sur la carte (sans compter le kick-off), avant un avis général du show en conclusion : c’est “La Review”.

Le dernier arrêt avant WrestleMania se devait de nous donner envie de continuer la route vers la plus grande scène de toutes. La mission est-elle remplie ?

Opener

Shinsuke Nakamura VS Rusev

Le match entre Shinsuke Nakamura et Rusev est arrivé de nulle part. Nakamura a battu Aiden English et lui a endommagé la mâchoire, ce qui a énervé son ami Rusev. Cela mène à ce match en pay-per-view. L’idée n’est pas mauvaise, il fallait bien occuper le vainqueur du Royal Rumble match avant WrestleMania. Concentrons-nous sur l’affrontement en lui-même. Avant que la cloche ne sonne, Aiden English nous a offert un petit rap qui était intéressant. Le “Rusev Day” est toujours au goût du jour, bien qu’on ait compris que les officiels ne veulent pas trop capitaliser dessus. Le match en lui-même était une bonne surprise, les deux hommes s’étant trouvés dans un style bien axé sur les coups. Le bulgare s’est illustré par un selling appliqué, une de ses grandes forces. Sa blessure au genou contracté par la soumission de Shinsuke Nakamura était bien mise en évidence et c’est ce réalisme qui fait qu’un match de catch est sensationnel. Les coups portés par les deux hommes étaient percutants et relevé par le public qui était réveillé à ce moment. Le Superkick de Rusev sur Nakamura est peut-être l’un des mouvements de la soirée, en tout cas, il est à retenir car il était vraiment bien porté et vendu. Cet opener est une bonne surprise et a tiré Fastlane de sa mauvaise réputation. Aiden English est un très bon manager et Rusev un très bon heel… une association de ce type de manière plus sérieuse pourrait donner un énorme push à la brute bulgare. Pourquoi pas pour récupérer le championnat des États-Unis ?

Rusev cherchait à briser le crane de Shinsuke Nakamura.

Superstar du match : Rusev

Note sur 5 : 3-***

Deuxième match

WWE United States championship : Bobby Roode VS Randy Orton

Le voici le championnat des États-Unis. Cet affrontement était la chance pour Randy Orton de détenir le seul titre qu’il n’a jamais eu dans sa carrière. Cependant la Vipère n’a pas eu d’excellents matchs de championnat depuis des lustres. De l’autre côté le champion. Bobby Roode est dans une phase qui ne le met pas en valeur, son personnage étant devenu fade… loin de sa glorieuse époque de NXT. Les débuts du match formaient ce que Randy sait faire de mieux, du catch basique et bien old-school. Néanmoins, l’affrontement s’est vite transformé en un match dit classique de l’Apex Predator… le public était désintéressé. Quand vous entendez les fans dans l’arène chanter le nom d’un des commentateurs, cela veut dire que le match n’est clairement pas à leur goût. Et ça en est presque récurrent avec Randy Orton, ce qui est un manque de respect pour cette Superstar. Alors sous des chants “Byron Saxton”, le match s’est déroulé sans artifices. Il faut cependant noter que Bobby Roode sait lui aussi vendre un match, des prises et une blessure de la meilleure des façons. C’est le seul bon point du match avec le RKO final d’Orton. De plus avec son intervention en fin de match, Jinder Mahal se consacrera au championnat qui lui irait très bien. C’est le seul championnat que cette Superstar aurait dû avoir, mais on ne refait pas l’histoire. Le “Glorious One” aura le dernier mot, malgré que Randy Orton ait enfin récupérer ce championnat qui lui échappait. Un match triple menace incluant Jinder Mahal à WrestleMania est-il à venir ?

Randy savoure la conquête du championnat qu’il n’avait jamais eu.

Superstar du match : Bobby Roode

Note sur 5 : 2-**

Troisième match

Becky Lynch & Naomi VS Natalya & Carmella

Ce match est construit sur de la compétition, purement et simplement. Ce n’est pas mauvais de voir des Superstars se donner des défis comme cela dans une compétition amicale. Encore faut-il que ces défis valent le coup. Dès ses débuts, le match n’était pas réaliste tant sa chorégraphie était évidente. Il était possible de lire les consignes du match et savoir à l’avance ce qui allait se faire (de manière plus évidente que d’habitude). Becky Lynch était clairement au-dessus du lot et pas seulement parce qu’elle arborait la meilleure tenue de la soirée. De son côté, Naomi est une énorme athlète et c’est d’autant plus affligeant de voir que Natalya et Carmella ne sachent toujours pas vendre ses coups ou ses prises. C’est quand même des Superstars qu’elle affronte presque toutes les semaines. Même si sa tenue était aussi magnifique, Carmella a prouvé qu’elle manque clairement de popularité. Ajoutons à cela qu’il faut que les officiels lui interdisent de crier comme elle le fait tout le temps. Cela ne l’aide pas du tout et nous renvoie à l’époque la plus sombre des divas ou certaines ne faisaient que crier sur un ring en guise de selling. Le finish manquait d’impact et était brouillon, justement parce que la chorégraphie était bancale et mal exécutée. Le Superkick final de Carmella sur Becky Lynch n’était pas bien exécuté, il manquait d’énergie et de percussion. La première championne féminine de Smackdown perdra donc sur un coup faible, ce qui la décridibilise et la pauvre Becky n’a vraiment pas besoin de cela.

Le straight fire de Becky Lynch est actif.

Superstar du match : Becky Lynch

Note sur 5 : 1,25-**1/4

Quatrième match

WWE Smackdown Tag team championship : The Usos VS The New Day

Cet affrontement fait suite à plusieurs autres qui ont valorisé les deux équipes. Les Usos et le New Day ont une alchimie impressionnante et leur Tag team Hell in a Cell match est peut-être l’un des, si ce n’est le meilleur de l’histoire de la WWE. Le background est solide et l’histoire entre ces deux équipes est forte, mais surtout vivante. Il cependant n’était pas nécessaire de gâcher le plaisir avec les lettrages couleur arc-en-ciel lors des entrées qui dérangent plus qu’autre chose. Le match a bien débuté avec l’emprunt du style de l’équipe adverse. On croirait retomber dans des classiques comme Austin/Rock. Les deux équipes sont rivales, de manière crédible et authentique. C’est ce genre de saveur qu’il manque à la WWE. Le match partait sur de bons rails, mais a été brusquement arrêté par deux colosses imposants : les Bludgeon Brothers. C’est une merveilleuse chose de les avoir vu débarquer car cela fait quelques moments qu’ils étaient provoqués par les champions et leurs challengers. Voilà ce qu’est un booking propre et soigné. Le match étant interrompu par l’intervention  d’Harper et Rowan, il est quasiment certain de voir un match triple menace à WrestleMania pour les championnats par équipe de Smackdown. 

Les Usos exécutant le Midnight Hour du New Day.

Superstar du match : Xavier Woods

Note sur 5 : 2,50-**1/2

Cinquième match

WWE Smackdown Women’s championship : Charlotte VS Ruby Riott

Ce match de championnat était la dernière défense de titre de Charlotte avant WrestleMania et l’ombre du “Riott Squad” planait autour de la reine. Cependant, Ruby Riott est arrivé seule dans un calme plat. Avoir un challenger si peu populaire dans un match de championnat sont les conséquences d’un booking répétitif et d’une non mise en valeur. Un match de championnat se doit d’être important et valoir plus qu’un match en simple basique. D’ailleurs dès les débuts du match (après une entrée charismatique de la championne), ce fut le calme plat. Le public de Columbus était absent comme le premier match féminin. Le finisher de Ruby Riott exécuté dès le départ est totalement passé inaperçu, comme le tombé qui l’a suivi. Néanmoins, le selling de Charlotte était impeccable comme la prestation de la challenger qui s’est illustré en montrant qu’elle savait très bien faire son boulot. Tout comme Sonya Deville lors d’Elimination Chamber 2018, Ruby Riott a montré qu’elle cachait bien des surprises dans son sac à malice. Cela reste dommage que l’après-match soit plus intéressant que le match en lui-même, mais comment éclipser ce face à face Charlotte-Asuka. Le match est dans les tuyaux et certains d’entre vous semblent totalement impatients de le voir, mais ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué surtout quand il s’agit de matchs féminins dans le roster principal.

Un moonsault royal.

Superstar du match : Ruby Riott

Note sur 5 : 2-**

Main Event

WWE championship : 6-Pack Challenge match

Le main event peut-être qualifié de fourre-tout, néanmoins le championnat de la WWE était en jeu. Toutes les Superstars en vue de Smackdown Live participaient à ce match qui ne pouvait pas faire mieux que ce qui a été fait. Pourquoi commencer le match par John Cena qui place son finisher sur tous ses adversaires hormis AJ Styles ? La prise étant déjà la moins protégé du roster, il n’était pas nécessaire d’en rajouter une couche à ce point pour mettre le Champ face à AJ Styles. On sait déjà que les deux sont capables du meilleur et c’est justement ce qu’a montré le “Phenomenal One” durant la quasi-totalité du match. Cet affrontement était un peu en roue libre, l’embrayage était appuyé à fond et la voiture dévalait l’autoroute sans retenu. De Baron Corbin qui détruit Dolph Ziggler dans la zone spectateur à Sami Zayn et Kevin Owens qui suivent les bases de leur storyline, on peut dire qu’il y avait de l’action. Comme à chaque match, le “Show Off” s’est illustré par son selling et l’implication de Shane McMahon était des plus intéressantes. Dans la mesure où les officiels concluent cette rivalité par quelque chose de véritable. La victorie d’AJ Styles garantit donc le AJ Styles/Shinsuke Nakamura à WrestleMania. Le match impliquant beaucoup de Superstars à la fois, voici ce qu’il faut retenir :

-La performance d’AJ Styles

-Le famouser de Dolph Ziggler su John Cena

-Le Deep Six de Baron Corbin sur AJ Styles

-L’attaque de Corbin sur Ziggler dans les gradins

-L’Attitude Adjustement de John Cena sur AJ Styles à travers la table des commentateurs américains

-Le suspense du match grâce aux nearfalls (dégagement d’un tombé) effectués à la dernière seconde

Baron Corbin voulant neutralier Dolph Ziggler pour de bon.

Superstar du match : AJ Styles

Note sur 5 : 3,25-***1/4

Avis global

“Fastlane 2018” est un événement moyen, tout comme son prédécesseur “Elimination Chamber 2018”. Beaucoup d’entre vous semblent avoir aimé ce show, mais il faut noter qu’avant qu’il soit diffusé, le show était attendu comme une catastrophe. Fastlane est un nom qui n’attire pas. Quasiment toutes ces éditions ont été des échecs et si cet événement de 2018 ne suit pas la même lignée que les précédentes années, c’est tout simplement parce qu’il a été au-dessus de l’attente pessimiste qu’on en avait. La mission de Fastlane était de préparer le terrain pour WrestleMania et ainsi entamé toutes les rivalités qui se clôtureront en match sur la plus grande scène de toutes. Dans cette optique, le show a bien remplie sa mission, mais comme souvent avec les événements WWE, il était d’une banalité irritante. Peut-on encore appeler les pay-per-view de la WWE comme des événements ? C’est la question qu’il faut se poser quand on voit qu’ils ne forment plus la pierre angulaire de la fédération de Stamford, mais qu’ils sont juste une extension des émissions de la semaine. À t-on envie de regarder WrestleMania après cet épisode de Fastlane ? La question est ouverte à tous.

À retenir :

-Le Superkick de Rusev sur Shinsuke Nakamura
-La tenue de Becky Lynch
-La performance de Ruby Riott
-La victoire d’AJ Styles

Note globale : 4,6/10

À chaque fois que je regarde un événement, je m’attends au moins à avoir des matchs moyens voir bon. Avec ce roster, qui est sans doute le meilleur de l’histoire, comment être indulgent ? Surtout quand NXT est basé sur le même produit. Ce n’est pas pareil, mais il faut bien admettre que la WWE peut faire beaucoup mieux. Un petit point sur les notes : ce n’est que du superflu, ne représentant pas forcément tout ce que je pense ou ait ressenti en regardant l’événement. Cependant là il faut bien admettre que je ne ressens rien de particulier. J’ai regardé par habitude et ça ne change pas ma vie, là où WrestleMania se devra de me faire sauter sur place. Pas de tolérance sur la route vers WrestleMania et pour la méga-review de WrestleMania 34, j’espère vous dire que j’ai ressenti quelque chose et que le show m’a marqué. En attendant je suis très inquiet sur la suite des événements.