Le portrait indy : Kota Ibushi

18
Le lutteur de la New Japan en pleine action lors du Cruiserweight Classic

Les terres japonaises sont une mine d’or pour dénicher des talents hors du commun, Kota Ibushi en est la preuve vivante. Le lutteur suit les pas des plus grands high-flyers qui ont foulé les rings nippons, on pense à des stars comme Jushin “Thunder” Liger, Tiger Mask ou encore le Dynamite Kid. Avec son propre style, le japonais repousse les limites à chacune de ses apparitions. Aujourd’hui sur Catch au Quotidien, nous allons revenir plus en détails sur cet athlète qu’est Kota Ibushi. Let’s go !

Nom : Ibushi
Prénom : Kota
Âge : 35 ans
Taille : 181 cm
Poids : 90 kg
Nationalité : Japonaise
Prise de finition : Phoenix Splash; Golden Star Press; Golden Star Bomb

Talent et humour, le lutteur idéal de la DDT

Dans le courant de l’année 2004, Kota Ibushi pousse les portes de la Dramatic Dream Team plus connue sous les initiales de la DDT au Japon. Avec un background sportif assez atypique, Ibushi décide de se lancer dans le monde de la lutte professionnelle. Ancien kick-boxer, nageur, rugbyman ou encore karatéka, l’athlète effectue son premier combat en juillet 2004. La DDT va devenir un terrain de jeu formidable pour lui. La fédération indépendante japonaise est bien plus axée sur le côté entertainement que sur la lutte pure. L’intégration de Kota Ibushi va se faire très rapidement tant le lutteur parvient à mélanger le côté sportif à celui du divertissement. En parallèle, il effectue quelques combats dans des fédérations comme la NOAH ou bien la NJPW pendant presque quatre ans. Toujours plus populaire à la New Japan, Ibushi effectue beaucoup moins d’apparitions à la DDT depuis quelques années.

Le fun avant tout à la DDT

Kota Ibushi s’affirme en tant que lutteur poids léger

Le japonais s’amuse énormément au sein de la DDT, la fédération lui aura donné beaucoup de visibilité, mais aussi un partenaire de luxe, Kenny Omega. Les deux compétiteurs se sont associés en janvier 2009 pour devenir ensuite les Golden Lovers. Ensemble, ils vont très vite devenir une équipe de poids léger très populaire mais surtout très efficace dans le ring. Kota Ibushi et Kenny Omega deviendront champions Junior par équipe en 2010 en battant le duo Ryusuke Taguchi/Prince Devitt plus connu sous le nom de Finn Balor à la WWE. La qualité du match entre les quatre hommes a permis de donner un énorme coup de pouce à la carrière d’Ibushi (et de Kenny Omega également). Pour autant, il ne mettra pas de côté sa carrière solo au sein de la New Japan. De 2011 à 2014, il va remporter pas moins de trois titres poids léger à la NJPW. À son tableau de chasse, on retrouve des lutteurs très talentueux comme Prince Devitt, Kushida, Ricochet, Low-Ki ou encore Ryusuke Taguchi (sextuple champion Junior par équipe et double champion poids léger).

Un champion plein de talent !
[themoneytizer id=”15950-28″]

 

Sur le chemin du succès ?

Voulant atteindre les sommets du catch nippon, Kota Ibushi décide d’intégrer la catégorie des poids lourds de la New Japan. Après avoir marqué son ancienne division avec des matchs tous plus impressionnants les uns que les autres, le japonais s’attaque à un tout autre univers. Son premier gros défi a lieu lors de Wrestle Kingdom 9 lorsqu’il affronte Shinsuke Nakamura pour le titre Intercontinental. Pas de ceinture pour Ibushi, mais le lutteur obtient malgré tout le premier 5 stars de sa carrière contre le “King of Strong Style”. Ne baissant pas les bras, Kota Ibushi participe ensuite à la New Japan Cup qui lui permettrait de défier un champion poids lourd de son choix. Vainqueur de Hirooki Goto en finale, Ibushi optera pour le titre Heavyweight de la New Japan détenu à l’époque par AJ Styles. Lors de Invasion Attack en 2015, c’est une nouvelle défaite pour la “Golden Star”.

Le lutteur va continuer de combattre au sein de la New Japan, mais ce dernier montrera ses talents au monde entier en participant au Cruiserweight organisé par la WWE. La compagnie de Stamford offre au japonais l’opportunité de remporté ce tournoi qui mettait en avant les meilleurs poids légers. Tombeur de Sean Maluta, Cedric Alexander et Brian Kendrick, Kota Ibushi s’inclinera en demi-finale contre le futur vainqueur du tournoi, TJ Perkins. Le lutteur continuera de combattre dans les rings de NXT pendant quelques mois avant de refuser un contrat de la WWE. Kota Ibushi désire porter son attention sur son pays natal.

Ibushi effectue son retour à la New Japan en incarnant le célèbre personnage de dessin animé, Tiger Mask W. En juillet 2017, il intègre la G1 Climax 27 sous son vrai nom pour tenter de décrocher sa place dans le main-event de Wrestle Kingdom 12. Une opportunité qui sera saisie par Tetsuya Naito vainqueur de l’ancien partenaire d’Ibushi, Kenny Omega. Néanmoins, il participera à l’événement en battant Cody au terme d’un match ayant surpris plus d’un fan. Fin janvier 2018, Jay White parvient à river les épaules de Kenny Omega et ainsi remporter le titre US de la New Japan. Désormais nouveau champion, White est défié par Hangman Page dans la foulée. Le leader du Bullet Club vient interrompre le face à face pour laisser White célébrer sa victoire. Cody fait ensuite son apparition pour attaquer Omega. Ibsuhi arrive alors pour secourir son ancien co-équipier. Les Golden Lovers sont désormais réunis pour le plus grand plaisir des fans. L’association entre les deux stars de la NJPW risque de faire beaucoup de bruit dans les mois à venir tant leur cote de popularité est importante.

Le célèbre duo des Golden Lovers se reforme à la New Japan.

Mon avis :

Actuellement, Kota Ibushi fait partie de mes lutteurs favoris. L’énergie qu’il dégage durant ses combats est tout simplement incroyable. Des athlètes de se calibre sont très rares sur le circuit indépendant. La New Japan Pro-Wrestling lui doit un bon nombre de matchs cultes alliant voltige et Strong Style. Oui, Ibushi n’est certes pas le lutteur le plus imposant dans ce business, mais la puissance de ses coups de pied en a fait tomber plus d’un. Si l’on ajoute à cela un style aérien très innovant et efficace, nous obtenons un athlète en or. Seule petite déception me concernant, l’absence de titre majeur à son palmarès. À seulement 35 ans, je garde espoir qu’il réussisse là où Kenny Omega a échoué, battre Kazuchika Okada pour le titre poids lourd. Ambitieux, mais Ibushi a toutes les clés en main pour remporter cette ceinture et ainsi mettre fin au règne (monstrueux) du “Rainmaker”.

Les matchs à voir :

Davey Richards vs. Kota Ibushi, EVOLVE 1 (2010)
Pour voir Kota Ibushi se produire sur le sol américain il faut être plus que chanceux. Ici, le lutteur affrontait Davey Richards dans le tout premier main-event de la EVOLVE, fédération qui travaille aujourd’hui avec la WWE.

Kenny Omega et Kota Ibushi vs. Prince Devitt et Ryusuke Taguchi © IWGP Junior Tag Team Championship, NJPW Destruction 2010
Très à l’aise en solo, Ibushi s’avère être un excellent co-équipier. Associé à Kenny Omega, les deux auront offert des grosses performances face à Apollo 55.

Kota Ibushi vs. Prince Devitt © vs Low-Ki IWGP Junior Championship, Wrestle Kingdom 7
Trois des meilleurs lutteurs poids légers dans un seul et même match. Adrénaline garantie !

Kota Ibushi vs. Shinsuke Nakamura © IWGP Intercontinental Championship, Wrestle Kingdom 9
Le show stealer de ce Wrestle Kingdom. La New Japan et ses lutteurs ont offert un spectacle magnifique aux fans présents pour le show. Il s’agit ici de l’unique 5 stars de Kota Ibushi.

AJ Styles © vs. Kota Ibushi IWGP Heavyweight Championship, NJPW Invasion Attack 2015
Probablement l’un des meilleurs matchs du “Phenomenal One” à la New Japan.

Kota Ibushi vs. Cedric Alexander WWE Cruiserweight Classic Round 2
Le match du tournoi sans l’ombre d’un doute. Cedric Alexander était l’adversaire idéal pour Ibushi dans cette compétition.

 

Voilà, c’est ainsi que s’achève ce septième portait indy consacré à Kota Ibushi. N’hésitez surtout à laisser votre avis dans les commentaires prévus à cet effet. Pour ce qui est du prochain numéro, nous reviendrons sur le parcours d’un sabre ne faisant clairement pas partie de l’univers de la piraterie.