Raw 25 Review : La célébration de 25 ans de “sports-entertainment”

25

C’était le show de la WWE le plus attendu par les fans de la WWE, la célébration de 25 ans de sports entertainment. Après un bref instant de réflexion, il est temps de revenir sur cet épisode spécial de Monday Night Raw. Le show sera analysé par ordre chronologique des événements et nous verrons ensemble les bons et mauvais points du show, avant que je ne dresse un avis global du show. Les matchs ne seront pris en compte que dans le bilan global, étant donné leur nombre limité. Sans plus attendre, revenons sur la commémoration des 25 ans du porte-étendard de la WWE !

Stone Cold ! Stone Cold ! Stone Cold !

Le show s’ouvre sur Stephanie et Shane McMahon qui offrent à Vince une plaque commémorative. Le Vince McMahon refusant ce cadeau jugé “chip”/banal est LE Mr.McMahon qu’on aime voir. Un heel diaboliquement séduisant. Le refus de récupérer cette plaque était un bon élément pour que Vince insulte un peu le public, nous montrant qu’il a toujours été un Heel efficace. De plus, un Heel efficace se met toujours en travers de la route d’un Face et ce Face est arrivé très vite : Stone Cold Steve Austin. Au-delà du classique coup de la légende qui s’en prend à un heel et gagne toujours à la fin comme Starsky et Hutch, on a ici un vrai storytelling. Mr. McMahon et Steve Austin sont les deux rivaux par excellence et ont bâti à ce jour l’une des plus grandes rivalités du business, non pas de la WWE, mais bien de l’univers catch. Ces retrouvailles étaient magiques et font émerger à la surface des bons souvenirs pour ceux qui ont vécu l’Attitude Era en direct. L’angle était long, on attendait le Stunnner et on en a eu 3 ! Un sur Shane et un sur Vince, comme au bon vieux temps. Tout cela prouve que le personnage de Steve Austin est toujorus autant apprécié des fans.

 

Le retour attendu de l’Undertaker

Cet angle était attendu le plus par les fans de Stamford. Quasiment un an après nous avoir quitté de manière symbolique, l’Undertaker effectue son retour au plus grand bonheur des fans du Manatthan Center. Le “Phenom” arrive avec sa musique, sans éclairage spécifique, et se place au milieu du ring pour une promo. Après cela, c’était l’incompréhension total. Les fans présents dans l’arène ne savaient pas ce qu’ils devaient scander durant cette promo et pour cause, elle était vide. L’Undertaker annonce ses faits passés de manière (très très) brève, puis annonce que des hommes tels que Kane ou Mick Foley doivent reposer en paix. Certes, mais ensuite ? Jim Ross a essayé comme il peut de voir une menace ou un quelconque acte futur à cette promo, mais il n’en est rien. La seule explication plausible serait que l’Undertaker ait effectué cette promo parce qu’il devait être présent pour l’anniversaire de Raw, ni plus ni moins. Il n’y a donc absolument rien à en tirer et pour parler futur, si le Taker sera à WrestleMania, il est bien possible que sa rivalité commence en mars. Il faudra rester patient.

Une interview bien étrange

C’est le moment d’Edge et Christian…oups, juste de Christian finalement. On ne pointera pas Edge du doigt qui n’a pas pu participer au show suite à des problèmes personnels. Christian met donc en place le « Peep Show » avec comme invités Rollins et Jordan. C’était peut-être le peep show le moins bon de l’histoire, pourquoi ? Parce que Christian n’a quasiment posé aucune question avant que Jordan parte en one-man show. Cela dit, Jordan s’est attiré les foudres du public et c’est tout à son honneur car il jouait bien un rôle de Heel, un Heel très agaçant. L’arrivée de Cesaro et Sheamus n’haussera pas la barre vu qu’ils n’ont servi qu’à alimenter le propable turn de Jordan. Christian servait donc juste de prétexte à Rollins et Jordan pour être dans le ring, c’est bien dommage.

Le retour attendu de Chris Jericho

Parlons maintenant du retour de Chris Jericho, si on peut parler de retour. “The Ayatolah” était en coulisses, chambrant Elias en le traitant de « Stupid Idiot ». Il l’a ensuite inscrit sur la “liste de Jericho”. C’est dommage de ne voir Jericho que dans ce petit rôle. En effet, ce dernier revient de la NJPW avec un 5 stars match face à Kenny Omega. Pour l’anniversaire de Raw, on ne lui donne juste que le rôle d’amuseur de gallerie. Vous voyez ce qui ne va pas ? Les fans de catch qui regardent les deux compagnies ne pourront s’empêcher de doucement rire tant la différence de traitement est flagrante.

La vengeance d’Elias sur John Cena

Grosse performance d’Elias au niveau du chant. Utiliser les différents surnoms des légendes pour en faire une musique était appréciable, puis le Rock arrive et…ah, pas de Rocky. D’un point de vue personnel, j’aurais aimé voir The Rock débarqué pour chanter une chanson à Elias, mais à la place on a eu l’intervention de John Cena. Elias a pris le dessus sur lui, ce qui peut mener à un match entre les deux. Si tel est le cas, la WWE prévoit peut-être de donner de l’exposition à Elias et cet angle pourrait avoir son importance à l’avenir.

It’s Too Sweet, Suck It !

La DX a eu son habituel moment, comme lors du 1000e épisode, comme lors du 20e anniversaire et ainsi de suite. Là où auparavant DX nous offrait des moments mémorables lors des épisodes spéciaux de Raw, j’ai eu l’impression ici qu’il n’en était rien. Un speech habituel, qui ne visait que les fans assidus de DX qui ne se lassent jamais des catchphrases de la faction. L’arrivée du Balor Club est historique car elle relie indirectement la WWE et NJPW lors d’un seul angle. Un assaut du Balor Club aurait été plus judicieux dans ce cas et si Hogan n’était pas en froid avec la WWE, on aurait pu avoir la NWO à leurs côtés. La NWO et une partie du Bullet Club originel (nommé Balor Club à la WWE) qui attaquent la DX, j’aurais aimé voir ça autre que sur un jeu de simulation de booking bien connu. Cependant, il faut reconnaitre l’envie de bien faire des officiels sur ce coup. Il y a cinq ans personne n’aurait vu cela venir.

L’angle final

Voilà un angle habituel. Les acteurs du main event du prochain payperview se retrouvent, se battent et le manager général essaye de les en empêcher dans une tentative désespérée. Emmener les légendes comme garde-fou était inutile dans la mesure où il n’y pas eu de célébration, mais un Strowman qui fait ce qu’il sait faire de mieux. Je qualifie cet angle de très mauvais. Comparons-le à celui du 15e anniversaire de Raw en 2007. Le dernier angle de ce show était à peu-près le même entre Stone Cold et Mr.McMahon. Cependant, le “rattlesnake” va humilier Vince et le virer hors du ring avant d’appeler tout le roster à le rejoindre sur le ring. Le “chairman” sera banni du ring tandis que tous les autres célébreront l’anniversaire du show, c’était une réelle commémoration.

Mon avis global

Ce show m’a énormément déçu tant l’attente que j’en avais était grande, surtout quand MVP a été annoncé sur la liste des légendes qui apparaitraient dans le show. Montel Vontavious Porter s’est retrouvé à jouer au poker avec l’A.P.A pendant quasiment 3h. Cette partie de poker était le fil rouge de l’émission, ce qui est faible pour commémorer l’anniversaire de la “plus longue émission hebdomadaire de l’histoire”. Aussi, vu l’exploitation des femmes et légendes revenues pour ce show, je ne peux que constater une chose : la WWE veut rompre le contact avec ses fans plus âgés. En effet, il n’y a eu aucun moment marquant durant ce show et les Superstars d’hier ont été sous-exploitées, tout comme les Superstars d’aujourd’hui. Il n’y a pas eu de chocs des générations vraiment significatifs (hormis la DX et le Balor Club), ni la confrontation entre les lutteuses de différentes époques. Pourtant, il est quasiment certain que Trish Stratus, Torrie Wilson ou encore Kelly Kelly participeront au Royal Rumble match féminin. Les matchs présentés durant ce show étaient très rapide et peu convainquant, même si je comprends que les angles ont été mis en avant durant ce show, je reste sur ma faim. Je suis aussi attristé de voir que les 25 ans de Raw ne resteront pas gravés dans ma mémoire comme a pu l’être le 15e anniversaire dont je me souviens très bien sans l’avoir revisionné une seule fois. Je n’ai pas eu l’impression d’avoir vécu une célébration, mais avoir vu du fan service maladroit. Voir la WWE s’accrocher à leurs stars de l’Attitude Era (période prolifique de la fédération) montre que la compagnie veut aller de l’avant et construire une nouvelle histoire avec les plus jeunes d’entres nous, tout en essayant de garder les anciens fans encore le plus possible. Mon ressenti général étant que la WWE n’a pas voulu faire de ce show un show mémorable, le laissant passer comme ça, d’un claquement de doigts.

Bons points :

-L’ouverture du show avec Steve Austin et les McMahons ;

-La « passation de pouvoir » entre la DX et le Balor Club ;

-Le 8e sacre du Miz;

Mauvais points :

-La sous-exploitation de MVP, Chris Jericho et les anciennes lutteuses féminines ;

-L’absence de Shelton Benjamin et Randy Orton qui auraient mérité une quelconque exposition pour avoir écrit de belles pages dans l’histoire de Monday Night Raw ;

-L’absence du Rock ;

-Un programme plus PG que jamais ;

-L’idée de la double location qui aura plus handicapé la WWE qu’autre chose et laissé des fans de côté ;