5 lutteurs indépendants que la WWE doit absolument signer en 2018

13
Kenny Omega reste à la tête du Bullet Club.

MAJ: Cet article s’attache à démontrer pourquoi la WWE a tout intérêt à signer les cinq talents indépendants cités ci-dessous, et non pas que c’est dans l’intérêt de ces cinq lutteurs de signer avec la WWE. La nuance est subtile, mais déterminante pour éviter tout malentendu.

 

L’année 2017 a été très riche en arrivées du côté de la WWE. Les fans ont pu faire la connaissance de plusieurs talents indépendants. D’autres figures devraient arriver cette année.

Tout d’abord, les britanniques ont envahis la WWE avec en chef de file l’actuel champion UK Pete Dunne et son meilleur ennemi Tyler Bate. Du côté de Raw et Smackdown, l’après Wrestlemania a permis de lancer plusieurs noms de NXT dans le roster principal. On pense notamment à Shinsuke Nakamura, Bobby Roode et Samoa Joe. Le show jaune n’est pas en reste. L’ancien pensionnaire de la Ring of Honor (ROH) Lio Rush a fait ses débuts tant attendus tout comme Aleister Black ou The Velveteen Dream. Mais le nom le plus marquant reste sans doute celui de The Undisputed Era. En effet, le trio Bobby Fish, Kyle O’Riley et Adam Cole a littéralement retourné la division jaune en moins de six mois.

Avec la nouvelle année vient de nouvelles résolutions et sans doute un vent de changement à la WWE. Il parait évident que la compagnie a les yeux rivés sur plusieurs superstars du circuit indépendant. Mais la grande question est de savoir qui la WWE souhaiterais attirer dans ses rosters. Les lutteurs de talents ne manquent pas sur le circuit indépendant, mais cinq noms ont retenu mon attention en 2017. Détail amusant, ils sont presque tous britanniques. Peut-être pourraient-ils faire le grand saut en 2018 ?

Jay White (ROH/NJPW)

Jay “Switchblade” White.

Celui que l’on surnomme « Switchblade » est définitivement le nom que je cocherais si j’étais à la place des recruteurs de la WWE. Et ce, suite à deux combats. Le premier remonte à la mi-mai lors du show Ring Of Honor War of the Worlds. Un combat perdu face à Will Ospreay, certes, mais qui montre toute l’étendue du talent de Jay White. En tant que véritable professionnel, le néo-zélandais de 25 ans n’a pas hésité à laisser la victoire à son cadet pour le pousser un peu plus vers les sommets. Une performance répétée face au IWJP Intercontinental Champion Hiroshi Tanahashi lors du show Wrestle Kingdom 12, le Wrestlemania japonais de la New Japan Pro Wrestling (NJPW).

À l’instar d’AJ Styles contre John Cena au Royal Rumble 2017, « Switchblade » a fait briller Tanahashi. Mais malgré les défaites et une absence notable de titre à son palmarès, Jay White a tout pour réussir : son personnage. « Switchbalde » a tout récemment refusé l’offre de Kenny Omega d’intégrer le Bullet Club et l’a même attaqué. Aurait-il les yeux rivés sur le titre du « Cleaner » ?  En tout cas, le néo-membre de la faction « Chaos » à la NJPW n’est qu’à l’aube de sa rivalité avec le Bullet Club. Quand il l’aura terminée, pourrait-on le voir franchir un cap en rejoignant la WWE ? Son personnage est dans la lignée de ceux développés par Finn Bálor et Shinsuke Nakamura, deux de ses mentors lors de ses débuts au dojo de la NJPW. Reste à voir si le nom de Jay White se murmurera dans la coulisses de la fédération de Vince McMahon comme l’un des lutteurs indépendants à recruter.

Will Ospreay (ROH/NJPW)

Will “The Aerial Assassin” Ospreay

Tout comme Jay White, le jeune Will Ospreay a explosé aux yeux du monde entier cette année. Ses performances lui ont même valu de devenir deux fois IWGP Junior Champion à la NJPW en moins de quatre mois. C’est d’ailleurs à Wrestle Kingdom 12 que l’« Aerial Assassin » a récupéré son titre des mains de Marty Scurll.

Il est annoncé à 24 ans comme l’une des futures légendes dans le style haute voltige. Will Ospreay a notamment révélé avoir été grandement influencé par Eddie Guerrero dans le développement de son personnage et de son style de combat. La WWE compte déjà beaucoup de jeunes lutteurs dans le même style dans sa division poids-léger. Pourtant, Will Ospreay tient plus de Samy Zayn et Seth Rollins que d’Enzo Amore ou Drew Gulak. Son physique un peu trop frêle est peut-être son principal handicap pour être intégré directement dans le roster principal de la WWE. De plus, l’« Aerial Assassin » a récemment signé un contrat d’exclusivité avec la Ring Of Honor (ROH). Les chances de le voir sur le ring la WWE cette année semblent minces mais vu sa progression fulgurante, la WWE a tout intérêt à s’attacher ses services le plus tôt possible.

Marty Scurll (ROH/NJPW)

Marty “The Villain” Scurll.

Impossible de passer à côté de Marty Scurll. « The Villain » a marqué de son emprunte la scène indépendante en 2017. Il est devenu l’un des lutteurs indépendants les plus populaires en reportant le World Television Championship à la ROH ainsi que le IWJP Junior Heavyweight Championship à la NJPW. Mais on se souviendra surtout de Marty Scurll pour son arrivée tonitruante au sein du Bullet Club. L’anglais de 29 ans a surpris le monde entier en étant intronisé comme le remplaçant d’Adam Cole lors du show de ROH War of the Worlds en mai.

Mais depuis ce jour, Marty Scurll a perdu ses deux titres et ses victoires sont un peu moins nombreuses qu’en début d’année. « The Villain » traverserait-il une période difficile à la ROH et à la NJPW ? Ceci m’a tout l’air de n’est qu’un prétexte pour continuer à développer son personnage. En novembre, la Ring Of Honor parvient à lui faire signer un « contrat exclusif », l’empêchant ainsi de travailler avec d’autres fédérations dont la WWE. Preuve de la stature internationale qu’a acquis Marty Scurll cette année. Reste à savoir si la WWE a les arguments pour le convaincre de signer.

Jimmy Havoc (Progress)

Jimmy “Suicidal” Havoc.

Véritable gladiateur des temps modernes, il est le mélange parfait entre l’Undertaker et Dean Ambrose. Si ce dernier s’est assagit et est moins impliqué dans des combats sanglants comme lors de son parcours à la Combat Zone Wrestling, il n’en est rien pour Jimmy Havoc. L’anglais a gardé son gimmick de lunatique sanguinaire et le pousse même à l’extrême en abusant des lames de rasoirs pour faire couler l’hémoglobine. En témoigne sa victoire lors de Tournament of Death à la CZW l’été dernier.

À 33 ans, Jimmy Havoc est l’un des lutteurs hardcore indépendants les plus actifs. La Major League Wrestling, Hustle Wrestling UK et la Dragon Pro UK se l’arrachent. La Progress Wrestling annonce sa présence à quasiment chacun de ses shows. L’anglais est davantage habitué aux performances violentes qu’aux matchs réguliers. C’est peut-être là le seul point de discorde pour qu’il ne rejoigne la WWE s’il s’avérait que la compagnie lui montre de l’intérêt. La WWE est en effet très stricte en matière d’effusion de sang.

Nick Aldis (Impact Wrestling)

Nick Aldis à gauche, Bram à droite.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Nick Aldis, anciennement Magnus, n’a jamais mis les pieds dans la compagnie de Vince McMahon. Le britannique n’a que 31 ans et a déjà un palmarès bien garni que ce soit à Impact Wrestling (ex-TNA), à la Global Force Wrestling (GFW), ou à la New Japan Pro Wrestling. Il est d’ailleurs l’actuel champion du monde poids-lourds de la National Wrestling Alliance (NWA) dans un gimmick de lutteurs heel arrogant.

Après avoir connu les sommets à la TNA et à GFW, Nick Aldis est de nouveau un agent libre enchainant les apparitions dans les shows indépendants. Une situation qui semble lui convenir puisqu’il est annoncé dans le ring de plusieurs fédérations à travers le monde en ce début d’année. Tout d’abord lors de Pro Wrestling Ulster Junction 7 en Irlande, puis pour Pro Wrestling Chaos Control Alt Delete en Angleterre, et à la House of Hardcore de Tommy Dreamer fin janvier. Nick Aldis est l’un des lutteurs les plus en vue du moment.

Toutefois, il n’est pas exclu qu’il souhaite rejoindre sa femme Mickie James à la WWE. Une chose est certaine, le profil puissant, athlétique et charismatique de Nick Aldis est totalement en accord avec les critères de sélection de Vince McMahon.

 

Ces cinq noms sont à n’en pas douter au sommet du circuit indépendant. De plus, aucun d’entre eux n’a jamais mis les pieds à la WWE. Ne pouvant être exhaustif, j’ai volontairement omis de mentionner certains catcheurs. Êtes-vous d’accord avec cette liste ? Quels autres lutteurs voudriez-vous voir sur le ring de la WWE cette année ? Ou est-il préférable qu’ils restent sur le circuit indépendant ? N’hésitez pas à réagir en commentaire.