Bobby Roode : « À 40 ans, je suis au sommet de mon art »

4

Bobby Roode a récemment participé au podcast de Sam Roberts et ensemble ils ont abordé plusieurs sujets comme la carrière de la Superstar ainsi que sa santé et les horaires de la WWE. Voici quelques extraits de l’entrevue :

Sur la différence entre NXT, Smackdown et TNA : « Quand je suis arrivé à la WWE, NXT était encore en pleine expansion et nous commencions à faire de plus en plus de shows. J’ai donc pu m’habituer au fur et à mesure à des horaires plus conséquents. À TNA, nous ne bossions pas autant et n’étions pas autant sur les routes qu’avec la WWE. Clairement, nos plannings sont très chargés mais il faut être franc, quand tu t’engages dans le catch, tu sais où tu mets les pieds et tu t’attends à ce genre d’horaires.

J’ai toujours été très bien traité à la TNA et je n’ai aucun regret concernant ma carrière. J’étais dans cette compagnie depuis 12 ans et j’avais le sentiment d’avoir fait tout ce que j’avais à faire. C’est tout de même saisissant de passer d’une foule de quelques milliers de personnes à un show en live tous les mardis devant 12 000 personnes. La transition a été naturelle pour moi mais il est clair que le changement est énorme. Je ne savais pas si les gens connaissaient Bobby Roode et donc je me rendais compte que j’allais probablement devoir recommencer à zéro en arrivant à la WWE. »

Sur sa santé : « Ton corps s’habitue à tout, c’est une machine qui doit prendre le pli. Voyager, conduire pendant plusieurs heures, prendre des avions, entraîner, clairement c’est dur mais tu t’y fais. Physiquement je me sens au top et moralement aussi. J’ai 40 ans mais je me sens très bien. Je vais avoir du mal à dire exactement combien de temps je pourrais encore travailler mais je me sens extrêmement bien. Nous sommes à une époque où les Superstars de 40 ans sont encore en excellente forme et sont au sommet de leur art. Prenez AJ Styles ou John Cena, il n’y a rien que les jeunes puissent faire et que nous ne puissions pas faire. Un jour, quand je sentirai que j’ai besoin de lever le pied je le ferai et je serai heureux d’essayer de passer mon enseignement à des jeunes talents. Je ne me vois rien faire d’autre dans la vie. Quoi qu’il arrive, je me vois finir dans cette industrie, quel que soit le rôle que j’aurai à la retraite. »

Sur sa carrière : « Le point essentiel de ma carrière actuellement c’est ma confiance en moi. Plus tu as de matches et plus tu participes à des shows, plus tu prends confiance en toi et en tes habilités. La beauté de ce métier c’est que tu peux toujours évoluer et t’améliorer. Tu peux te pousser plus loin, tu peux te mesurer à meilleur que toi et donc t’obliger à te dépasser, c’est génial. Avoir confiance en tes compétences te rend meilleur dans le ring. Je suis le genre de personne qui vit sa carrière au jour le jour. Bien sûr, on a toujours des objectifs et des désirs, moi, c’est d’être champion ou d’être le visage d’une compagnie. J’ai toujours eu envie d’être un modèle pour les fans et pour les autres catcheurs. On entend toujours que tout peut arriver au sein de ce business et c’est vrai. La WWE est vraiment l’endroit phare pour se développer et gagner en notoriété. »

Sur son personnage : « Mon personnage accroche les gens et c’est touchant. La mayonnaise a pris assez rapidement et je pense que cela vient du fait que Triple H et moi avons une certaine expérience et cela nous permettait de savoir ce qui était susceptible de marcher ou non. Nous avons beaucoup échangé et j’ai pu donner toutes mes idées, qui ont été entendues. Par exemple, j’avais envie de porter un peignoir, c’est assez old school mais je voulais sortir du lot et rester fidèle à ce que j’aime. »