TakeOver War Games : Un vent de changement

14

Hier soir au Texas, les WarGames étaient de retour sur les écrans de la compagnie numéro une dans le monde, la WWE. Pratiquement 30 ans après la création de la stipulation par Dusty Rhodes, la structure métallique à fait souffrir beaucoup de lutteurs durant le pay-per-view de NXT. Dans cette review, nous allons bien évidemment parler de ce match, mais également des autres qui composaient la carte du show.

Premier match : Kassius Ohno vs. Lars Sullivan

Un choix relativement étrange pour l’opener du show, la rivalité entre Ohno et Sullivan était de loin la moins travaillée parmi toutes les autres. Comparé au dernier opener en date, Johnny Gargano contre Andrade ‘Cien’ Almas, le niveau in-ring du match était très nettement en dessous. Non pas qu’il soit mauvais, ce combat vient casser un peu le rythme des débuts de pay-per-view de la branche jaune. Une storyline quasi inexistante, Ohno qui domine la quasi-totalité de l’affrontement et un finish pas du tout électrisant, je n’aurais aucun mal à oublier ce match. Néanmoins, il faut espérer que la rivalité continue encore durant les prochaines semaines, car il y a vraiment quelque chose à faire avec ces deux athlètes. Sullivan ressort du show avec une victoire très importante contre l’un des lutteurs les plus expérimentés du roster de NXT.

Je ne sais ce qu’a vu Ohno dans le public, mais ça semblait captivant.

Deuxième match : Aleister Black vs. Velveteen Dream

En terme d’intensité et de contenu in-ring, il s’agit sans aucun doute du match de la soirée. Certes les deux hommes n’ont pas sorti un match 5 étoiles, mais le storytelling était tout aussi bon et beau à voir. Dans mes pronostics, j’avais dit que Black et Dream se feraient face dans un combat psychologique, je ne m’attendais pas à de telles performances techniques. Le personnage de Velveteen Dream fut exploité à la perfection, un match solide pour le jeune lutteur ainsi qu’une grande confiance dans ses provocations. Il n’y a qu’à voir sa tenue d’hier soir pour comprendre. Nous avons là un talent très prometteur pour l’avenir de NXT (trop tôt pour lui prédire un succès à RAW ou Smackdown). Comme je l’avais également évoqué, l’expérience de Black aura été sa meilleure arme durant ce TakeOver. Le segment au micro post-match était l’un des meilleurs depuis des semaines.

Velveteen Dream comprend enfin la signification des tatouages de Black.

Troisième match : NXT Women’s Championship Fatal 4-Way Match

Lors de TakeOver Brooklyn III, Asuka et Ember Moon avaient livré un match vraiment très bon et surtout bien construit. D’un point de vu in-ring, le combat d’hier soir est loin d’être sensationnel. Aucune des quatre femmes n’a vraiment brillé dans cet affrontement pour le titre. Elles ont simplement joué leur rôle ni plus, ni moins. À peine dix minutes auront suffi à couronner une nouvelle championne en la personne d’Ember Moon. La native de l’Etat du Texas a reçu la ceinture des mains de l’ancienne championne, Asuka.
Nous sommes bien loin de la qualité technique des anciens matchs de féminin de NXT, pour reprendre le flambeau laissé par la japonaise, j’aurais aimé un combat plus long et plus fournis en terme de catch.

Après plusieurs mois de travail et d’effort, Ember Moon décroche enfin son premier titre à NXT.

Quatrième match : NXT Championship match

Longtemps considéré comme étant le jobber ultime des TakeOver, Andrade ‘Cien’ Almas revient de loin. Le jeune lutteur mexicain semblait avoir enfin retrouvé de l’ambition à Brooklyn en battant Johnny Gargano dans un excellent match. Suite à cette victoire, il a posé ses yeux sur le nouveau champion en titre, Drew McIntyre. Les deux lutteurs se sont donc fait face hier soir à TakeOver Houston dans un match complet. Zelina Vega est un énorme plus pour Almas et son personnage de Heel, c’est définitivement ce qui lui manquait pour avoir une place de choix à NXT. Grâce à un DDT de la troisième corde, Almas est parvenu à faire le tombé final sur McIntyre à la surprise générale. Cela faisait presque deux ans qu’il tournait en rond dans la mid-card de la branche de développement. Point noir du match, la blessure de Drew McIntyre qui se réceptionne mal après être passé par-dessus la troisième corde.

Il est temps d’entrer dans la lumière pour Almas.

Cinquième match : WarGames match

LE match le plus attendu de la soirée. Trois équipes, deux rings, deux cages, le chaos. Première apparition dans un pay-per-view de la WWE et la mission a été parfaitement remplie. Le rythme est bon malgré la présence de poids lourds comme les AOP et Dain. Ce dernier était clairement l’homme du match avec ses prises de risques insensées comme par exemple son Coast to Coast, un petit côté Shane McMahon pas désagréable du tout. Le choix des trois premiers entrant était parfaitement logique avec les leaders de chaque groupe. Ce WarGames a été préparé depuis maintenant trois mois et le rendu est très bon. Selon moi, il est très difficile de se baser sur les anciens matchs de la WCW pour juger le match d’hier soir, les époques sont bien trop différentes. Avec son Shinning Wizard, Adam Cole a offert la victoire à son équipe au terme d’un très bon match.

Faire équipe avec les AOP = Servir de projectile

 

Les choses à retenir :

  • Le main-event
  • Almas et Moon enfin champions
  • La performance de Velveteen Drem et Aleister Black
  • Adam Cole qui rampe sur le sommet de la cage

Les choses à oublier :

  • La partie technique et production du show
  • La blessure de Drew McIntyre
  • Un PPV non sold-out à NXT
  • Le public qui hue le champion pendant son entrée

Bilan personnel du show :

J’ai vu beaucoup de personnes disant que ce TakeOver était l’un des meilleurs shows de l’année, etc… Ce n’est absolument pas mon avis. Oui, c’était un bon pay-per-view, mais il y a eu beaucoup trop de petites erreurs qui m’auront en partie gâché la soirée. Je pense aux problèmes de cadrage dans le match Black/Dream, les lutteurs qui changent de ring à chaque match, la blessure de Drew qui entraîne sa défaite, l’opener qui sert juste de bouche-trou. Tous les matchs sont regardables, mais le seul qui sort vraiment du lot c’est bien le WarGames. Bien évidemment, je n’ai pas caché ma joie en voyant Adam Cole faire le tombé final sur Young. Au final, nous avons deux nouveaux champions qui ont patiemment attendu leur heure gloire. Hâte de voir qui seront les prochains challengers lors du prochain TakeOver qui aura lieu à Philadelphie le 28 janvier 2018 prochain.