L’Oeil de l’Animal se pose sur… la WWE en 2017

53
La WWE aurait supprimé un PPV majeur.

La sphère catch n’a jamais été aussi marquée par une écriture claire, nette et précise de l’histoire. Avec l’énorme qualité de la NJPW, incontestable royaume du catch, puis l’apparition de nouvelles façons de voir et apprécier le produit, on peut le dire… le milieu du catch professionnel a bien changé et n’est plus comme avant. Pour illustrer le sujet, je vais parler de quelque chose que tout le monde connait : la WWE. Je suis “The Animal” et chaque mois sur Catch Au Quotidien, je vous invite à partager ce moment d’analyses, d’interprétations et de comparaisons où le but est de se pencher sur un sujet précis dans cette nouvelle chronique : “l’Oeil de l’Animal se pose sur…”. Pour ce premier numéro, l’Animal va donner son analyse de ce qu’est la WWE moderne, celle avec laquelle nous vivons au jour le jour. Alors qu’est-ce que la WWE en 2017 ? Posons l’oeil sur le sujet.

La WWE actuelle : une multinationale côtée en bourse

Avant toute chose, sachez que la fédération de Stamford se nomme maintenant “WWE”, sobrement et simplement. Pourquoi énoncer ce fait ? Car il y a un mot important qui a disparu du nom de la promotion : “wrestling”. En 2011, la compagnie change de nom et désire ne se faire appeler que par leurs initiales afin de s’émanciper de leur produit principal même si légalement, le nom de l’entreprise (et non la promotion) reste World Wrestling Entertainment. Le but de l’entreprise à l’époque était de montrer qu’elle devenait internationale et qu’elle faisait d’autres choses que du catch, je citerais donc juste “WWE” car c’est désormais un nom d’entreprise, une marque… elle fait plus qu’un produit : avec WWEStudios, WWEBooks et les autres filiales, elle forme le “groupe WWE”.

WWE Studios, une place à Hollywood pour l’empire McMahon avec des films et des séries

Etant une multinationale, la fédération de Stamford est bien évidemment côtée en bourse. Penchons-nous sur cet aspect en un chiffre : 729 millions. Vous venez de lire le nombre de dollars gagnés au total par WWE en 2016 si on enlève les charges, les taxes etc. De plus, l’entreprise a investi dans divers projets comme les films, les livres, mais aussi des partenariats. L’année dernière, l’entreprise des McMahons a racheté 50% de la marque de sport Tapout et a d’étroites relations avec Mattel qui fabrique les figurines. Un “WWE Network” rempli d’émissions en tout genre, de la télé-réalité…Vous l’aurez compris, on est loin d’une promotion de catch professionnel lambda. Comme la Coca Company faisant plus que du Cola, la fédération de Stamford fait désormais plus que du catch. On peut même aller jusqu’à se poser la question : WWE fait-elle encore du catch comme les autres promotions ?

Le WWE Network, dernier bijou de la compagnie et indispensable à tout fan de l’empire McMahon

Le produit WWE : Plus du tout une promotion de catch professionnel ?

Et si je vous disais que WWE n’a jamais fait de “catch” ? Attendez, prenez le temps de lire la suite avant d’appeler le 15. Mr. McMahon l’avait dit dans les années 80, âge d’or de la promotion : “le catch n’est pas un sport, c’est fake et de toute façon moi je ne fais pas de catch mais du divertissement sportif”. Vince McMahon est donc un metteur en scène, spécialisé dans l’action théâtrale et ses lutteurs seraient donc tous des “acteurs” (très athlétiques quand même) ? Mais pourquoi trouve t-on chez WWE des catcheurs très talentueux comme AJ Styles, Samoa Joe, Seth Rollins ou Shinsuke Nakamura pour ne citer qu’eux ? Et bien n’oublions pas que, en premier lieu, les stars du circuit indépendant (compagnies hors WWE) ont été engagés pour NXT (branche indépendante de la compagnie dirigée par Triple H). Ils sont ensuite appelés à Raw ou Smackdown Live pour un besoin spécifique et pour renouveler le roster. Cependant, dans ce roster principal on engage des catcheurs talentueux en les privant de faire ce qu’ils savent faire de mieux, du beau catch. Les matchs sont préparés méthodiquement par les officiels et aucun lutteur n’a une réelle liberté sur le ring, parfois certains d’entre eux doivent renoncer à leur style de lutte pour parfaire aux besoins de ces mêmes officiels (cf. Shinsuke Nakamura qui ne peut plus utiliser ses frappes violentes et spectaculaires).

Un petit tour sur le site de l’entreprise: wwe.corporate.com

Voilà tout le problème de WWE en 2017: le booking centré sur le côté entreprise de WWE, et non la promotion WWE. Sur son site légal d’entreprise (corporate.wwe.com), l’empire McMahon se présente comme une compagnie basée sur le divertissement et explique qu’elle fait des émissions, des événements, des produits comme les jouets et enfin des films. A aucun moment on y voit le mot “wrestling”, pourtant on peut se demander quel genre d’émission elle fait et quel type d’événement elle produit pour quel type de divertissement. Si on suit la logique, WWE ferait des émissions et des événements contenant des matchs de divertissement sportif ? Le grand Steve Austin (figure de proue de la compagnie à la fin des années 90) a lui-même expliqué que c’était n’importe quoi : “Tu peux te cacher sous le nom de divertissement sportif, mais quand deux gars ou deux femmes sont dans le ring et commencent à faire du catch, alors c’est du catch professionnel, fin de l’histoire”. Le plus étrange, c’est que sur le site de la promotion WWE, on retrouve le terme “wrestling”. Ce qu’il faut retenir de tout ça, c’est que Vince McMahon présente l’entreprise et la compagnie WWE comme du “divertissement sportif”, alors que c’est du catch. Donc finalement WWE fait-elle du catch, oui ou non ? C’est évident que oui, mais la fédération de Stamford ne le reconnait pas tout simplement (c’est toujours compliqué avec eux). WWE étant le visage du business, cela pose un problème. Elle ne met pas en avant ce côté catch pur, ce qui fait que certains ont encore la bêtise en 2017 de dire que le catch n’est que de la comédie et que ce n’est pas un sport.

Qui a dit que les jouets n’étaient que pour les enfants ?

Multinationale et promotion de catch : comment gérer les deux aspects ?

Maintenant vous avez sûrement compris qu’une bonne partie du booking 2017 de WWE est centré sur le côté entreprise. Les officiels préparent leurs show pour satisfaire au mieux l’entreprise et non la promotion de catch. WWE a aussi une constante envie d’écrire l’histoire, sans la laisser s’écrire d’elle-même. L’envie de battre tous les records, le plus vite possible. L’empire McMahon montre une impatience dans son booking et veut faire les choses vite pour montrer, en tant qu’entreprise, qu’elle peut se vanter de son produit pour le vendre au mieux. Cependant, faire ce qu’il y a de mieux pour l’entreprise WWE n’est pas faire ce qu’il y a de mieux pour la promotion WWE. L’année 2017, en tout cas la moitié, a été marqué par un booking catastrophique. Les équipes créatives font des choses, puis reviennent dessus. Elles n’assument pas ce qui a été fait et pensent pouvoir continuer sans que l’on se rende compte que quelque chose cloche, en bref, la relation avec les fans est devenue compliqué et le contenu souvent décevant.

Le Performance Center, centre d’entrainement de NXT où chaque Superstar peut apprendre et évoluer pour donner le meilleur de soi-même

Vous êtes-vous demandé ce qu’est NXT et pourquoi est-ce si populaire ? D’abord un centre développement et maintenant une branche indépendante de la fédération de Stamford, NXT est dirigé par un Triple H qui ne cesse de faire plaisir à ses fans en évitant de reproduire les erreurs WWE. Cette branche de l’entreprise utilise les bonnes personnes à la bonne place pour un show de qualité : Drew McIntyre, Roderick Strong, Kassius Ohno et maintenant Adam Cole. Ce ne sont que les requins du roster NXT, mais la fédération de Stamford est remplie de stars du circuit indépendant. WWE pille la concurrence et a affaibli le marché américain, mais dans quel but ? Là est le point culminant de mon analyse. La fédération de Stamford a élargi son public et je prendrais même le risque de dire que les fans de catch y sont largement minoritaires face aux enfants et aux diverses familles ne cherchant que le spectacle. Pourtant, les fans de catch ont de quoi être servi avec les gros noms du circuit indépendant dans l’empire McMahon. Une question peut donc être posée “A quoi joue donc WWE” ? La réponse réside dans le fait que, finalement, il est difficile de combler tout son public et gérer une promotion de catch et une entreprise internationale n’est en évidence pas si facile car l’un des aspects améne des contraintes pour l’autre et vice-versa.

En conclusion…

…WWE en 2017 a deux visages, la promotion de catch et l’entreprise internationale. Le plus gros problème étant qu’elle n’arrive pas à gérer son statut de FTN (firme transnationale) et de promotion de catch en même temps. La preuve la plus flagrante étant la mauvaise gestion de la promotion pointée du doigt par les fans avec un booking souvent utilisé pour mettre en avant le côté entreprise. Ainsi, en revenant sur l’image du business que donne WWE au monde je vous le demande : WWE est-elle la bonne promotion pour représenter le catch partout dans le monde en 2017 et est-il encore nécessaire de regarder cette promotion pour un fan de catch ? Une question ouverte pour plusieurs réponses possibles, c’est “l’Open Mind” de ce numéro. Pour la question évoquée, l’Oeil a été posé, le sujet analysé, ainsi l’Animal en a terminé.

Merci d’avoir pris le temps de lire le premier numéro de cette chronique et tout en vous rappelant que mon avis est personnel, vous êtes invité dans la joie, le respect et la bonne humeur à échanger vos avis et opinions en commentaires si vous n’êtes pas d’accord (ou si vous l’êtes aussi, je serais heureux de l’apprendre). Sayonara !