NXT TakeOver Brooklyn III : Retour sur une nuit d’exception

15

À show exceptionnel, chronique exceptionnelle. Aujourd’hui sur Catch au Quotidien, je vais me faire un plaisir de vous donner mon avis sur le dernier NXT TakeOver en date. Le format sera très simple, je vais revenir sur les matchs de la soirée un par un et donner mon avis global sur la performance des lutteurs ou lutteuses. Bien évidemment, cette chronique va dévoiler les résultats du show. Avant de terminer par un bilan global du pay-per-view, je mettrais en avant trois choses à retenir du show et en opposé, trois choses à oublier. Sans plus attendre commençons !

Premier match : Johnny Gargano vs. Adrade ‘Cien’ Almas

Les matchs qui ouvrent le show de chaque pay-per-view, ont pour mission de mettre le public dans les meilleurs conditions pour le reste de la soirée. Hier soir, cette tâche a été confiée à Johnny “Wrestling” et Andrade ‘Cien’ Almas. Il s’agit sans doute possible de l’un des meilleurs opener de l’histoire des TakeOver. Le match ne contenait aucun déchet technique, les enchaînements étaient propres et très bien réalisés. Du grand art. On voyait très clairement que les deux lutteurs maîtrisaient parfaitement leur match. Le storytelling y était très présent et malgré que ce soit le premier match de la soirée, la rivalité entre Gargano et Ciampa était “présente”. Ressortir un t-shirt de DIY était certes “basique” comme distraction, mais elle aura apporté une nouvelle pierre dans la construction de la feud entre les anciens champions par équipe de NXT. Andrade quitte l’arène avec une victoire très prestigieuse sur Johnny Gargano alors qu’il venait de perdre ses trois derniers matchs à TakeOver (contre Aleister Black, Roderick Strong et Bobby Roode). Vraiment un très très bon match pour commencer.

Andrade rigole, il sait qu’il va remporter ce combat.

Deuxième match : The Authors of Pain © vs. Sanity

Après un premier match très solide, c’est au tour de la division par équipe de briller. Avant de m’attaquer au combat, je m’arrête sur la tenue des champions par équipe. Je pensais voir des figurines de GI Joe, c’était vraiment cool comme accoutrement. Pour certains ça n’a pas d’importance, mais moi je considère ça comme un petit plus pas désagréable. Elles ont fait ressortir le côté “machine” des AOP. Les machines justement. Ces deux lutteurs sont tout simplement monstrueux, rare sont les équipes capables de faire de tels enchaînements avec ce genre de gabarit. Mais Sanity n’a pas besoin de ça, le groupe est plus porté sur la ruse et les coups fourrés. Il faut vraiment bien saisir la vision du clan pour comprendre ses agissements. Pour preuve, Eric Young a décidé de prendre la place de Killian Dain en plein combat, la stratégie semble avoir porté ses fruits, puisque Sanity va remporter les ceintures par équipe. Vous pensez que c’était le meilleur moment du match n’est-ce pas ? Vous faites erreur. Sorti de nulle part, Kyle O’Reilly et Bobby Fish débarquent pour s’en prendre aux nouveaux champions. J’étais aux anges ! L’une des plus grandes équipes du monde qui réclame les titres dès le premier TakeoOver, c’est beau !

reDragon are here !!!

Troisième match : Aleister Black vs. Hideo Itami

Accrochez vos têtes, la ceinture de sécurité ne vous sera d’aucune utilité avec ces deux hommes. Voilà ce qui arrive lorsque deux des meilleurs strikers du business s’affrontent. Déjà, gros coup de cœur pour l’entrée de Black, les themes song en live j’adore ça. Les moyens sont mis pour accompagner l’un des plus grands espoirs de NXT. En revanche, Hideo aurait mieux fait de jouer sa musique tout seul, l’entrée était très fade. Le jour et la nuit. Le combat en lui-même était vraiment bon, mais un cran en dessous de mes attentes. Fan de catch indépendant que je suis, je connais la véritable puissance de frappe de ces lutteurs et croyez moi, ils étaient loin d’être au maximum. Cela dit, ce n’est peut-être pas une si mauvaise chose, les deux sont sortis vivant du match, donc c’est positif. Quand Itami provoquait la foule, j’avais l’impression de voir CM Punk. Doucement, rangez les fourches, je m’explique. Si vous avez bien suivi la carrière de Punk, ce dernier réclamait aussi du respect de la part des fans de la WWE. Par ailleurs, le GTS n’est pas la propriété de Punk mais bien d’Itami, c’est lui l’inventeur de cette prise. Simple coïncidence ou juste un clin d’œil à l’ancien champion de la WWE, je ne sais pas, mais j’ai trouvé ça très sympa. Aleister Black termine le match avec son terrible Black Mass pour le compte de trois. Je n’ai pas été déçu de cet affrontement, les coups sont violents, le storytelling est présent, tout ce qu’il faut pour se régaler.

Vous avez bien raison, les coups de poing c’est plus à la mode.

Quatrième match : Asuka © vs. Ember Moon

Ember Moon a fait son entrée au Barclays Center avec un objectif clair, elle veut briser la série d’invincibilité d’Asuka. Les deux femmes s’étaient déjà affrontées lors de TakeOver Orlando. Suite a une supercherie, la championne avait conservé son titre. La japonaise a fait son apparition avec un règne qui dépassait les 500 jours, un record. C’est là que je trouve cette rivalité intéressante, car le booking est en place depuis le Wretlemania week-end. Il a parfaitement été géré jusqu’à hier soir. La WWE a montré une Ember Moon combattante qui désirait plus que tout remporter la ceinture. Le match en lui-même est maîtrisé non seulement par les deux femmes, mais aussi par les officiels de NXT. Je pensais très clairement qu’Ember quitterait New-York en tant que championne. Pour moi le match suivait typiquement le build-up qui amène la victoire d’une face. En début de match, Moon pose directement son jeu, ça va très vite et Asuka est en difficulté. La championne va reprendre l’avantage en s’attaquant à son bras blessé il y a plusieurs semaines. À partir de cet instant, j’attendais une remontée d’Ember Moon dans le match pour au final surprendre Asuka avec son finisher. Une fois porté, le match semblait terminé, mais la japonaise ne voulait laisser personne lui prendre son titre. Grâce à son Asuka Lock, elle est parvenue à faire abandonner son adversaire qui recevra une standing ovation de la foule. Ce combat fait très clairement partie des meilleurs matchs féminin de NXT et même de la WWE tout entière. Les deux lutteuses peuvent être fier d’elles.

L’arbitre a chaud, surement la domination d’Asuka qui le met dans cet état.

Main-event : Bobby Roode © vs. Drew McIntyre

Probablement l’un des matchs qui était le plus attendu de la soirée, Bobby Roode remettait en jeu sa ceinture remportée des mains de Shinsuke Nakamura, contre le revenant, Drew McIntyre. Je suis un très grand fan de Drew, j’adore son catch, son look, son physique, sa musique (bien que l’ancienne était meilleure), il a absolument tout ce qu’il faut pour être sur le devant de la scène. En face de lui se tenait le “Glorious One”, Bobby Roode. Champion depuis le mois de janvier, aucun lutteur n’est parvenu à venir à bout de Roode. Un défi que voulait relever McIntyre après avoir fait son retour le lendemain de TakeOver Orlando. Pour ce qui est du combat, le déroulement était fluide, assez lent parfois, mais c’est le style du champion qui est ainsi. Roode lutte un peu à l’ancienne et c’est pour cette raison que ses matchs contre Nakamura étaient moyens dans l’ensemble. Le challenger aura réussi à faire changer ça, il a apporté un vent de fraîcheur à NXT par sa jeunesse et son envie d’atteindre les sommets. Le natif d’Ecosse a montré qu’il n’était pas à NXT par hasard. Après deux Claymore, le champion doit céder son titre à Drew McIntyre qui remporte la ceinture au terme d’un très bon match. La performance des deux lutteurs était très solide et sans bavure, ça fait plaisir de voir enfin un bon main-event à TakeOver dans lequel Roode est la tête d’affiche. En pleine célébration après sa victoire, le nouveau champion est interrompu par O’Reilly et Fish venus l’observer dans le coin. Une erreur de sa part puisqu’il se fera attaquer dans le dos par le nouveau lutteur de NXT signé cette semaine, Adam Cole. Je n’y croyais plus pour être honnête. Cole est mon lutteur favoris pour ceux qui ne le savent pas encore, vous imaginez donc ma joie quand je l’ai vu dans le ring hier. Le voir passer à tabac McIntyre (que j’adore également) et brandir le titre NXT, je ne pouvais pas rêver meilleur scénario pour lui. Une fin de show absolument magique en ce qui me concerne.

Impossible de ne pas remarquer la joie sur le visage de Drew, joie qui sera de courte durée pour lui.

 

Les choses à retenir :

  • L’organisation globale du show
  • Que des matchs très solides
  • Les débuts d’Adam Cole à NXT

Les choses à oublier :

  • L’entrée d’Hideo Itami et celle de Bobby Roode
  • Kalisto dans le public à côté de Nakamura
  • Le moonsault d’Aleister Black

Bilan personnel du show :

La dernière fois que j’étais aussi heureux, c’était après Wrestlemania 33, c’est pour dire à quel point ce show était énorme ! Triple H est un visionnaire qui sait exactement comment exploiter ses talents, le faussé qui sépare le roster principal et celui de NXT est juste incroyable. TakeOver ne dure que 2h30 pour un total de cinq combats. Voilà pourquoi les shows fonctionnent si bien, c’est rapide, dynamique, travaillé et les matchs sont de très bonnes qualité. De plus, terminer avec Adam Cole ça ne peut que jouer dans la balance. Je ne dis pas ça car c’est mon lutteur favoris, mais terminé un show comme celui-ci avec un tel impact c’est du génie. L’association entre O’Reilly, Fish et Cole va faire de très gros dégâts à NXT. J’attends avec impatience le prochain TakeOver qui aura lieu Houston, Texas le 18 novembre prochain.