Le portrait indy : Katsuyori Shibata

31

Vous pensiez très probablement que pour ce deuxième portrait indy, j’allais vous présenter le champion IWGP, Kazuchika Okada. Ce ne sera malheureusement pas pour tout de suite. Aujourd’hui, je vais revenir sur le parcours d’un lutteur japonais avec lequel j’ai découvert le Strong Style, Katsuyori Shibata. Pas de feu d’artifices, pas de tenue flamboyante, Shibata se présente dans une arène uniquement pour combattre. Sans plus attendre, intéressons nous à ce véritable guerrier. Let’s go !

Prénom : Katsuyori
Âge : 37 ans
Taille : 184 cm
Poids : 94 kg
Nationalité : Japonaise
Prise de finition : Penalty Kick (PK)/Sleeper Hold

Son parcours :

Katsuyori Shibata effectue ses débuts dans le monde du divertissement sportif en 1999 à la New Japan Pro Wrestling. C’est dans le Dojo de la NJPW qu’il commence son entraînement afin de devenir catcheur professionnel. Après dix-sept années dans la fédération japonaise, Shibata est devenu l’un des piliers du Strong Style. Il fait partie de la génération des Tanahashi, Naito et autres Nakamura avec lesquels il a de nombreuses fois croisé le fer dans un ring. En tant que fin technicien entre les cordes, Shibata décide de se lancer (en parallèle) dans le combat en MMA. C’est ainsi qu’en 2004, il prend part à son premier combat qu’il va remporter. Son dernier affrontement a eu lieu en 2011, et il affiche un tableau de 4 victoires, 11 défaites et une égalité. Le ring de catch est définitivement l’endroit où son talent est reconnu à sa juste valeur. Les fans lui ont même donné le surnom de “The Wrestler” grâce notamment à ses prises de soumissions et autres mouvements techniques.

Son palmarès :

Malgré des aptitudes excellentes dans le ring, Shibata ne possède aucun titre mondial à son palmarès. Il n’a pas remporté de nombreux titres non plus. À 37 ans, il en a seulement gagné 3, que sont le IWGP Tag Team championship (en 2015 avec Hirooki Goto), le NEVER Openweight championship (3 fois) et enfin un titre européen, celui de la Revolution Pro British Championship. Il a remporté la World Tag League avec Goto en battant Anderson et Gallows en finale. Cette année, son nom est venu s’ajouter à la liste des vainqueurs de la New Japan Cup. On compte dans cette liste des lutteurs comme Hiroshi Tanahashi, Kota Ibushi ou encore Shinsuke Nakamura. Cette victoire lui donnait une chance au titre de son choix au sein de la NJPW, et il décida d’affronter le champion du monde IWGP, Kazuchika Okada, un match qui fut remporté par ce dernier au terme d’un choc historique. La note de 5 étoiles lui a été attribuée par Dave Meltzer. Il obtient ainsi le troisième match five stars de sa carrière (vs. Ishii en 2013 et vs. Tanahashi en 2014). Il est intéressant de noter qu’il a perdu la totalité des matchs où il a reçu 5 étoiles. Après le dernier en date, il a failli perdre plus que son combat. Son état de santé était très inquiétant suite à son duel contre Okada. Les coups portés ont causé de nombreux traumatismes ainsi qu’une paralysie d’une partie de son corps. Il est d’ailleurs possible qu’il ne remonte plus jamais sur un ring.

Mon avis :

Katsuyori Shibata est la définition même du terme “catcheur”. Il mélange de manière très fluide le catch technique ainsi que le Strong Style. Sa force de frappe n’a pas à rougir devant celui que l’on surnomme le “King of Strong Style”, Shinsuke Nakamura. Nombreuses sont les têtes qui se souviennent de la puissance de ses coups de pied.Shibata possède d’excellentes qualités pour ce qui est de mettre en avant un de ses adversaires, en tout, à la New Japan. En dehors du Japon, les autres styles de luttes ne sont pas faits pour lui. Ce n’est pas un voltigeur comme Ibushi, il n’a pas non plus la force de lutteurs comme John Cena ou bien Brock Lesnar. Sa véritable force vient de sa grande motivation. Ses performances dans le ring sont toujours constantes, et il fait sans aucun doute partie de l’élite du catch japonais actuellement. Son investissement pour ce business l’a même poussé à mettre sa propre vie en jeu à un niveau que très peu de lutteurs ne voudraient jamais atteindre. Ce n’est pas le genre de sportif flamboyant que l’on pourrait trouver dans ce milieu. Shibata ne brille que par ses performances entre les cordes. Pour certaines personnes, c’est du gâchis, car il lui manque une touche de popularité comme celle de Kenny Omega, Kazuchika Okada ou encore Testuya Naito. Si l’on devait faire une évaluation de sa popularité en fonction de son inring, nul doute qu’il serait devait des centaines d’autres lutteurs. Selon moi, Katsuyori Shibata incarne à la perfection le côté sportif du circuit indépendant, ce lutteur m’a marqué l’esprit par son catch. Rien de plus.

Les matchs à voir :

Comme pour Kenny Omega, je me suis permis de dresser une petite liste de matchs dans lesquels pour pourrez vous faire votre avis sur ce lutteur.

– Katsuyori Shibata vs. Kazuchika Okada pour le titre IWGP, Sakura Genesis 2017

– Katsuyori Shibata vs. Testuya Naito, G1 Climax 26 (Jour 8)

– Katsuyori Shibata vs. Hirooki Goto, Wrestle Kingdom 11

– Katsuyori Shibata vs. Tomohiro Ishii, Wrestle Kingdom 10 (coup de cœur)

– Katsuyori Shibata vs. Hiroshi Tanahashi, Destruction in Kobe 2014

 

Franchement, si avec tout ça vous venez me dire que Shibata un mauvais lutteur, je ne pourrais plus rien faire pour vous. Lorsque l’on tombe sur une pépite d’or, c’est très sympa, mais attendez votre réaction quand vous tomberez sur la mine tout entière. Shibata en est l’exemple parfait
Pour le prochain portrait indy, nous ferons un petit tour du côté du circuit indépendant américain. Je vous laisse le plaisir de pronostiquer dans les commentaires, celui ou celle que je passerais au crible la prochaine fois, ou tout simplement donner votre avis sur Katsuyori Shibata.