Interview de James Ellworth, jobber local lors du dernier Raw

7

De nombreux fans ont remarqué l’apparition du lutteur local qui a fait face à Braun Strowman lors du tout premier épisode post-draft de Monday Night Raw. James Ellsworth, un lutteur de 31 ans et originaire de Pennsylvanie s’est confronté au géant lors d’un squash match qui ne lui a laissé aucune chance. Le site américain Powerbomb a profité de l’occasion pour s’intéresser au rôle, bien souvent sous-estimé, de jobber local. C’est auprès de James Ellsworth lui-même qu’il est allé chercher ses réponses. Voici quelques extraits de l’interview :

Quel que soit le résultat du match, vous devez être très heureux de pouvoir faire une apparition à la WWE. Comment avez-vous été choisi pour ce match ?

” J’ai déjà réalisé quelques extras pour la WWE depuis 2012. J’ai été l’un de “Rosebud” d’Adam Rose à plusieurs reprises, mais c’était mon premier match. Dans la journée, Arn Anderson m’a demandé de porter un coup de poing à un autre gars qui était là en extra. Il a aimé ce qu’il a vu et m’a donné la place. J’étais comblé, c’était un rêve qui devenait réalité.”

Vous avez joué le rôle du jobber local qui se fait squasher en quelques secondes. Cela altère-t-il la confiance en soi d’un gars comme vous, un jobber local ?

“Non, ça n’altère pas ma confiance en moi. C’est une grande exposition pour un gars comme moi. En conséquence, je vais – enfin je l’espère – apparaître prochainement dans un podcast de Chris Jericho. En outre, plusieurs promoteurs me contactent parce qu’ils m’ont vu à Raw. Pourtant, vous ne risquez pas de me revoir de sitôt dans un show télévisé de la WWE car, une fois qu’on a fait un match, on est hors circuit. J’espère aller au Performance Center bientôt.”

Les gens sous-estiment le talent nécessaire pour améliorer, pour amplifier la force de son adversaire. Qu’avez-vous fait pour donner une image de monstre à Braun Strowman ?

“J’ai eu beaucoup de bons retours pour mon ‘travail’ la nuit dernière. Pour rendre Braun Strowman plus fort, j’ai juste joué le mec terrifié pour sa propre vie et j’ai pris de gros chocs. Oui, il m’a frappé fort et oui, je suis bien amoché aujourd’hui. Mais le catch n’est pas un ballet et je le sais.” 

L’intégralité de l’interview est disponible ICI.