La Preuve par 3 : Pourquoi Cesaro ne sera jamais main-eventer à la WWE

11

Arrivé en 2011, Claudio Castagnoli a connu bon nombre de péripéties au sein de la WWE. Véritable star du circuit indépendant, Cesaro a dû se frayer un chemin à la force de ses bras dans l’univers impitoyable créé par Vince McMahon. Passé de star de NXT à faire-valoir à Raw et Smackdown, le suisse semble osciller entre bons plans et situations difficiles.

Bien que fan de Cesaro, je vais tenter de vous convaincre que Cesaro ne jouera jamais un rôle majeur à la WWE.

[su_service title=”1 ! Vince McMahon n’est pas convaincu” icon=”https://caq.fr/wp-content/uploads/2016/03/REFEREE.png” icon_color=”#222″ size=”58″][/su_service]

Compte tenu des différences de traitement subies par Cesaro entre NXT et Raw, le “Swiss Superman” est devenu un des symboles des différences de point de vue entre Triple H et Vince McMahon. Véritable monstre athlétique et technique, Cesaro a conquis le cœur des fans des compagnies indépendantes et de la WWE ainsi que celui de Triple H. Cependant, c’est toujours Vince McMahon qui tient les rennes de la compagnie et c’est peu dire d’insinuer que Vince McMahon n’est pas convaincu du potentiel de main-eventer de Cesaro. Le “chairman” de la WWE l’avait d’ailleurs confirmé lors de son podcast avec Steve Austin sur le WWE Network.

Certes le temps a passé depuis cette interview mais la situation du suisse n’a que peu changé. On peut tout au mieux considéré qu’il est passé du statut de jobber, low mid-card (défaite contre Santino en 2013) à up mid-card actuellement.

[su_service title=”2! Cesaro sur les traces de Ziggler” icon=”https://caq.fr/wp-content/uploads/2016/03/REFEREE.png” icon_color=”#222″ size=”58″][/su_service]

Bien que parfois tentant, la décision de placer Cesaro sur les plus hautes marches du podium peut être souvent refréné par son aptitude à apporter de la substance à une rivalité ou un combat. A l’instar de Dolph Ziggler, souvent bloqué dans un rôle de faire valoir, Cesaro est un lutteur parfait pour mettre en lumière ses adversaires. Sa capacité à élever le niveau des matchs et à vendre les prises adverses avec brio est une opportunité parfaite pour placer Cesaro en tant que pierre angulaire dans la hiérarchie des lutteurs. Pour les nouveaux venus, il est intéressant de combattre Cesaro afin de gagner en légitimité.

De manière concise, Ziggler et Cesaro sont trop bons pour leur propre bien.

[su_service title=”3! Un charisme inégal” icon=”https://caq.fr/wp-content/uploads/2016/03/REFEREE.png” icon_color=”#222″ size=”58″][/su_service]

Encore une fois, je suis un fan des qualités athlétiques de Cesaro mais il faut bien avoué que les aptitudes orales du suisse sont quelques peu inégales. Bien qu’ayant effectué de nombreux progrès dans ce domaine, la capacité du “Superman suisse” à faire lever les foules grâce à des envolées lyriques est relativement limitée. Vous me répondrez qu’un certain Roman Reigns ne fait guère mieux mais il est inutile de prêcher un converti. Les voies de Vince McMahon sont impénétrables.

Gêné par un accent germanique à couper au couteau suisse (sic), Cesaro a tendance à balbutier. La faute n’est pas obligatoirement dû à un manque d’effort. Physiologiquement, il est impossible de perdre entièrement son accent. Il est à concéder que la différence de diction entre l’américain et l’allemand est très difficile à surmonter. Bien évidemment, l’accent n’est pas un problème en soit mais si cela oblige Cesaro à des efforts de concentration supplémentaires afin d’assurer sa diction, l’intensité de la promo en pâtira obligatoirement.

Convaincu ? Partagez votre avis dans les commentaires.

J’aimerais en profiter pour dédier cette chronique à un être cher qui s’amusait beaucoup à me voir gesticuler et réagir à cœur ouvert devant le catch à la télé. Je pense bien fort à toi.

On se retrouve mercredi prochain pour une nouvelle “Preuve par 3”!