Cesaro n’est pas un empereur mais il règne sur l’empire de la WWE

17

La plupart du temps, une blessure n’est jamais de bonne augure pour une Superstar. Mais s’éloigner prématurément des rings peut aussi permettre à celle-ci de briller par son absence et de prouver, malgré une concurrence devenue rude, que le package à peu près unique constitué de son talent et sa personnalité n’est pas éternel.

Cesaro fait partie de cette classe de Superstars pour qui le temps n’est plus vraiment un ami. Mais à l’inverse de ses acolytes concernés, le suisse de 35 ans se bonifie avec le temps. Comme un bon vin. À un tel point que les officiels de la WWE ne savent plus où donner de la tête. Et désormais, son Cesaro Swing n’y est pour rien.

Jusqu’à maintenant, Vince McMahon n’a pas été un grand adepte de la tendance suisse. Mais s’il ne renonce jamais, il cède parfois. Pendant ses 5 mois de récupération d’une blessure à l’épaule, l’absence du Swiss Superman a permis au chairman de se rendre compte de l’influence qu’il pèse à l’antenne. Le chef de la production Kevin Dunn n’a pu que confirmer la montée en puissance du franco/germanophone en appuyant la hausse des audiences lorsque Cesaro apporte sa touche personnelle devant les caméras de la WWE.

Réglé comme une montre suisse, Cesaro a eu le sens du timing en réalisant un retour triomphal au Raw post-WrestleMania. La période particulièrement animée par les occidentaux, il ne pouvait y avoir de meilleurs moments pour mettre la mascotte européenne sur un piédestal.

Certains officiels de la WWE ont fait une campagne pour une meilleure utilisation de Cesaro lors de son absence, nous informe le Wrestling Observer. Généralement, ce genre d’initiatives mène à des heures de débat dans les coulisses mais ses performances, sa popularité et sa forme surprenante ont mis tout le monde d’accord à son retour. L’avenir s’annonce plus que jamais radieux pour le sosie de Jason Statham qui s’avère un excellent client pour l’Univers de la WWE. C’est Paul Heyman qui aura des regrets…