Charte éditoriale

# Ligne éditoriale

  • Moyenne d’âge de l’audience : 18-24 ans / Public cible : relativement jeune (16-28 ans)
  • Nombre moyen du minimum d’articles requis à publier au quotidien : 10

# Conventions de rédaction

Règles d’écriture :

  • Dans les titres, toujours laisser un espace avant le point d’interrogation ou d’exclamation
  • Pour les titres de paragraphes, utilisez le TITRE 3.

Tonalité : 

  • Impersonnelle : Agissez comme un journaliste, il ne faut jamais donner un avis tranché ou une quelconque forme d’implication de votre part.
  • Sérieuse : Les informations doivent être données dans un contexte crédible et sérieux. Pas d’émoticones, de blagues ou d’autres formes d’écart.
  • Factuelle : Au-delà des rumeurs qui part définition ne sont pas fondées, toujours vous garantir de la qualité de l’information, tant en termes de valeur que -de vérité factuelle.

# Stratégie de référencement

Mots-clés visés : Toujours utiliser comme mots-clés les personnes ou entités principalement concernées.

Exemple #1 : Mick Foley et Shane McMahon en froid après le draft (tags : Mick Foley, Shane McMahon, Draft)

Exemple #2 : Vince McMahon offre le leadership de SmackDown à AJ Styles (tags : Vince McMahon, AJ Styles, SmackDown)

Gabarits éditoriaux :

Articles d’actualité, brèves, dossier, news (tonalité impersonnelle, sérieuse, factuelle)

Chroniques (tonalité impersonnelle, sérieuse)

Billet d’humeur (tonalité sérieuse)

Podcast (tonalité sérieuse)

# Rubriquage

Inutile de cocher les catégories Actualité et Chroniques, concentrez-vous sur les catégories enfants. En général, seule la catégorie de la fédération concernée doit suffire à moins que l’article implique deux entités différentes.

Exemple #1 : Triple H envoie un pedigree sur Seth Rollins en live event (catégorie : WWE)

Exemple #2 : La Preuve par trois – Pourquoi CM Punk ne reviendra jamais (catégorie : La Preuve par trois)

Exemple #3 : La WWE jète son dévolu sur Marty Scurll (catégories : WWE, Scène Indépendante)

Cochez la catégorie « Z – Up » pour afficher l’article sur le fil central de la page d’accueil. Utile si vous estimez que l’article mérite vraiment d’être regardé. N’ayez pas peur de la cocher, elle fait vivre la page d’accueil du site. Il en faudrait minimum un article par jour.

Cochez la catégorie « Z – Publier sur Facebook » pour publier l’article sur Facebook. L’audience de Facebook est différente de celle de CAQ. Elle est toute aussi importante donc il est nécessaire de cocher pour au moins la moitié des articles publiés. Privilégier la WWE et les grosses infos Indy, en clair les articles main-stream. Si vous n’êtes pas certains, vulgarisez la chose en vous imaginant dans la peau du fan lambda et jaugez son intérêt pour les articles susceptibles d’apparaître sur Facebook.

Exemple #1 : Brock Lesnar fait son retour à Monday Night Raw (Cocher ? Oui)

Exemple #2 : Nikki Bella se paye la tête de Becky Lynch sur les réseaux sociaux (Cocher ? Oui)

Exemple #3 : Interview de James Ellworth, jobber local lors du dernier Raw (Cocher ? Non)

Exemple #4 : Cody Rhodes va « revenir le vrai Cody » (Cocher ? Oui)

# Guide de style

Toujours vous relire une ou plusieurs fois avant la publication, les petites fautes sont parfois coriaces.

Evitez les phrases à rallonge de 5 virgules, imprononçables à voix haute si l’on ne prend pas trois bouffées d’air. Privilégiez les phrases courtes, elles sont concises et évoquent le nécessaire.

Le souligné est interdit, il rend la lecture très désagréable.

L’utilisation de l’italique et des couleurs sont à proscrire sauf quelques exceptions.

L’utilisation du gras est fortement apprécié mais à petite dose. Ne pas l’utiliser en milieu de phrases ou dans les paragraphes, il s’agit plutôt d’un faire-valoir pour les cartes et autres formes d’articles. Si vous utilisez un paragraphe d’introduction dans votre article, mettez-le intégralement en gras.

Politique de nommage : Toujours employer les majuscules pour les noms propres, si celui-ci dispose d’une dérive francophone, privilégiez-la (exemple : André Le Géant au lieu de Andre The Giant).

# Le processus de production :

Les sources exploitables (liste non-exhaustive) : eWrestlingNews, WrestlingInc, LordsOfPain, WWE.com, F4Wonline,…

Les sources que l’on peut citer dans les articles : Wrestling Observer (F4WOnline), PWInsider et sites officiels.

# Comment faire un bon titre :

Il s’agit de l’étape la plus importante de votre article. Comme la vitrine d’une boutique, le titre est le premier élément déclencheur d’une visite. Voici les méthodes pour réaliser un titre d’enfer :

  • Utiliser le point d’exclamation à la fin lorsque l’information est incontournable. Très utile pour un article n’étant pas une breaking news mais un étage en-dessous. Pour un lecteur lambda, le point d’exclamation est synonyme de « venez lire l’article ! » mais comment réagirait-il si l’information n’a pas son importance ?

Exemple #1 : Ce sera RAW pour les shows WWE de Lyon et Strasbourg !
Notre audience est en grande partie française, il aurait été difficile de ne pas trouver l’opportunité d’y lâcher un point d’exclamation.

Exemple #2 : Brock Lesnar sera de retour à Raw !
Brock Lesnar étant un lutteur très demandé, l’information ne peut être qu’importante.

Exemple #3 : Découvrez le thème de Summerslam 2016 !
Le titre n’a en aucun cas besoin du point d’exclamation pour des raisons évidentes.

  • Privilégier une citation « choc » d’une personnalité à un titre banale

Exemple #1 : Cody Rhodes : « La WWE m’a trahit »
Ce titre est très bon puisqu’il appuie directement là où ça fait mal. On oblige le lecteur à en savoir plus sur le pourquoi du comment.

Exemple #2 : Cody Rhodes évoque la WWE après son départ
Ce titre est absolument banal, on passe à côté d’une opportunité d’attirer un maximum de lecteurs par rapport au contenu. Avec un tel titre, un lecteur sur deux pensera qu’il s’agit d’une interview parmi tant d’autres.

Exemple #3 : Interview de James Ellworth, jobber local lors du dernier Raw
Un titre ni super, ni mauvais. Il est brut et annonce tout simplement l’objet de l’article. S’il est brut comme celui-ci, on incite pas beaucoup le lecteur à venir bien qu’il soit davantage difficile de donner de l’intérêt à un jobber local. On pourrait alors essayer d’avoir une approche la plus réelle possible de ce qu’il a vécu en le citant. Exemple : James Ellworth, jobber local de Raw : « C’est un rêve devenu réalité »

Exemple #4 : Finn Balor réagit à ses débuts à Raw
Comme au-dessus, il s’agit d’un titre (trop) impersonnel qui ne fait pas rêver alors que le contenu est remarquablement bien choisi. Il faut embarquer le lecteur directement, Finn Balor utilise les grands mots dans cette interview alors pourquoi ne pas en profiter ? Exemple : Finn Balor pour ses débuts à Raw : « Je suis au sommet »

  • Hormis les exclusivités CAQ, évitez dans les titres les termes bruts comme questions/réponses, interviews, rendez-vous,… Profitez au maximum du contenu pour faire-valoir votre titre.
  • Quand faut-il ou pas nommer les personnalités concernées ?

Exemple #1 : Une bagarre éclate entre deux Superstars dans les coulisses de SmackDown
Ce titre est bon parce qu’il ne cite pas les noms de Sin Cara et Simon Gotch. S’ils avaient été cité, l’article aurait probablement enregistré la moitié des vues pour la simple et bonne raison qu’ils n’ont pas de IWC Appeal (comprendre cela par l’intérêt que porte la communauté pour ces lutteurs).

Exemple #2 : Une bagarre éclate entre Brock Lesnar et Heath Slater
On notera l’improbabilité du titre mais qu’est-ce qu’il est bon ! Dans le cas où un lutteur d’envergure (c-a-d avec de l’IWC Appeal) est impliqué, il faut le mettre dans le titre car son nom amènera automatiquement les gens. On pourrait même éventuellement ajouter un point d’exclamation à la fin du titre.

Exemple #3 : Deux lutteurs de NXT renvoyés
S’il s’agit de deux lutteurs que seuls quelques rednecks du coin connaissent, ne surtout pas les citer et laisser un suspense vicieux aux lecteurs les plus craintifs par rapport à leur NXT Superstar préférée. Ce titre est bon.

Exemple #4 : Un match de championnat s’ajoute à la carte de Summerslam
Le suspense est le bienvenu pour les titres d’article. Mais attention à ne pas devenir trop vague, car ce même titre pourrait être utilisé mot pour mot à chaque fois qu’un nouveau match s’ajoute. Le mieux aurait été au minimum de citer le championship en question. Exemple : Le match pour le titre des Women s’ajoute à la carte de Summerslam ou plus simplement Summerslam : Sasha Banks et Charlotte pour représenter les femmes.