Alexa Bliss se confie sur sa lutte contre l’anorexie

2

ALEXA BLISS POUR PODCASTONE’S CHASING GLORY :

Être un exemple dans la lutte contre l’anorexie :

“Je veux être la personne qui montre qu’on ne peut pas être défini par quelque chose. Quand on me regardait, je n’étais qu’un tas d’os, le visage sombre, j’étais submergée à l’intérieur de moi. Je ne voulais pas qu’on me définisse comme ça. On me regardait, on me jugeait. Je voulais montrer que j’étais plus qu’un trouble alimentaire, les gens ne nous limitent qu’à ça.
J’ai eu l’expérience de visiter un hôpital en Italie, au service des troubles alimentaires. Personne ne me connaissait. Il y avait des ados. Un faisait les cents pas, une remuait son genou. Je faisais tout ça. Ils ne me regardaient pas, ils étaient concentrés sur eux, comme si on ne savait pas ce qu’ils traversaient. 
J’ai expliqué que j’ai été anorexique, et qu’il faut réaliser qu’on est plus qu’un chiffre sur la balance. Tous les enfants se sont arrêtés. Ils ont discuté, ont commencé à me poser des questions. Je n’aurais échangé ce moment pour rien au monde. Se guérir de tout ça se fait pas à pas. Il est impossible d’aller vite. Si je peux aider quelqu’un, même un jour, ça signifie tout pour moi car ce jour lui a peut-être sauvé la vie. 
J’accepte pleinement le fait d’être exposée aux critiques dans ma carrière. Ca fait partie du métier. Sur Instagram ou Twitter, il y aura forcément des commentaires. Mais je sais que si je venais à lire ça et resombrer dans les troubles alimentaires, je ne survirais pas. On m’a parlé plusieurs fois de comment mon corps réagirait et je ne survivrais pas.
Si je suis un peu plus épaisse, ce n’est pas grave, je suis juste plus forte. Je ne suis pas préoccupée par le nombre de calories que je mange. Il y a des choses dont il faut bien plus s’inquiéter dans la vie. On ne guérit jamais d’un trouble alimentaire, c’est toujours en nous, dans un coin de la tête. Quand on a connu ça une fois, on ne guérit jamais.
Il y a toujours des aliments qui me font peur. Il y a des aliments que j’ai peur de manger mais je sais que si je les mange, ça ira quand même. J’ai fait très attention au fait d’être exposée publiquement, à la télé, à Total Divas. Je me prépare pour la critique, je dois me mettre dans la tête que ce que je fais est bien. »

  • Je trouvais qu’on lui avait donné un titre vraiment trop vite, je la voyais progresser et proposer des choses intéressantes progressivement en me disant que c’était complètement improbable que ça se fasse à Smackdown puis RAW, mais finalement c’est peut-être pas plus mal, parce qu’autant je n’attendais pas grand chose d’elle et elle arrive à me surprendre alors que pour d’autres superstars j’en attendais peut-être trop et j’ai été déçu. Et puis au micro elle a réussi à me faire rire deux trois fois. Bref, elle a sa place, et la voir s’investir par rapport à l’anorexie alors que c’est quelque chose contre lequel elle se bat encore, ben j’ai envie de dire bravo.

  • Punk HHH

    Elle délivre un message très touchant, c’est agréable de la voir en haut de la division.