5 faits méconnus sur … les Ladder Matchs

3

Les lutteurs et lutteuses du monde entier possèdent tous le même point commun : vouloir atteindre les sommets de ce sport. À leur façon, ils vont se spécialiser dans ce qu’ils savent faire de mieux comme par exemple tenir des promos très solides comme celles du Rock, incarner un personnage charismatique comme l’a fait l’Undertaker, ou bien prendre des risques insensés comme Jeff Hardy dans des Ladder matchs incroyables. Les échelles justement, quel meilleur moyen pour atteindre des sommets que d’autres ne pourront jamais gravir. Réputée comme étant l’une des stipulations les plus violentes de ce sport, les matchs de l’échelle sont aujourd’hui encore très populaires auprès des fans.
Aujourd’hui sur Catch au Quotidien, je vais vous présenter 5 faits méconnus sur ce que l’on appelle les Ladder matchs.

 

La première marche

Comment évoquer ces matchs sans parler du tout premier de l’histoire de ce sport ? Impensable pour bien démarrer un sujet. Il faut remonter en septembre de l’année 1972 pour voir la première trace de ce genre de stipulation faire son apparition devant un public. Ce premier combat a eu lieu au sein de la Stampede Wrestling au Canada, fermée en 2011, une fédération qui aura vu passer des grands noms de la lutte canadienne tels que Bret Hart ou encore le Dynamite Kid. Ce ne sont pas ces derniers qui ont pris part au tout premier Ladder match. Il s’agissait de Tor Kamata et de Dan Kroffat. C’est ce dernier qui en est sorti vainqueur en décrochant non pas une ceinture, mais une somme de 10 000$. À l’époque, les échelles utilisées étaient de moins bonne qualité que celles que l’on peut voir dans les rings de la WWE.

Dan Kroffat effectuant un Dropkick sur une échelle pour faire chuter Tor Kamata

 

Ladder match, à qui le tour ?

Les terres canadiennes ont été celles qui ont vu naître cette stipulation, et c’est également un Canadien qui a effectué le tout premier match de ce genre à la WWE (à l’époque la WWF). Bret Hart, l’un des plus illustres techniciens que ce business n’a jamais connu, a été celui qui a remporté le tout premier Ladder match dans la compagnie des McMahon. Le 21 juillet 1992, soit vingt-ans après l’inauguration de cette stipulation dans son pays natal, Bret « The Hitman » Hart se retrouve confronter au futur « Showstopper », Shawn Michaels. Ce combat a pris place dans un house show de la compagnie dans la ville de Portland. L’enjeu de cet affrontement était le titre Intercontinental de la WWF alors détenu par Hart. C’est ce dernier qui remportera le match, il y a 25 ans jour pour jour.

 

Innover n’est pas gagné

Devenu très populaires au début des années 2000, les matchs de l’échelle commencent peu à peu à se diversifier, allant même parfois à l’opposé parfait du principe de base. En 2004, la NWA/TNA décide de proposer son premier « King of the Mountain » match, un combat dont les règles n’ont plus rien à voir avec celles d’un Ladder match « classique ». En effet, pour remporter la victoire, il fallait accrocher la ceinture au-dessus du ring en escaladant une échelle. L’actuel général manager de Monday Night RAW, Kurt Angle, a déjà remporté ce type de match par deux fois dans le passé.
Bien que très étrange, cette variante du Ladder match est encore loin du TLC organisé par la WSX. Ici, les initiales TLC signifient « Tables, Ladder and Cervezas ». En Espagnol, ce mot veut tout simplement dire « pack de bières », l’enjeu du match était donc de décrocher les boissons suspendues au-dessus du ring.

Kurt Angle vainqueur du King of the Mountain à Slammiversary en 2009

 

Le véritable expert

Lorsque l’on évoque le mot « échelle » à la WWE, une grande partie des fans vont citer des lutteurs comme Jeff Hardy, Shawn Michaels ou bien encore Edge. Tous sont devenus de véritables artistes avec cette stipulation. Malgré tout, ces hommes ne sont pas toujours sortis vainqueurs de ces matchs. En un contre un, Chris Jericho est celui qui affiche le plus grand nombre de victoires (trois) dans un match de l’échelle classique, pour aucune défaite. En plus d’avoir inventé le Money in the Bank Ladder match (qu’il n’a jamais remporté d’ailleurs), Y2J est reparti à chaque fois avec une ceinture autour des hanches. Il aura décroché deux titres Intercontinentaux contre Chris Benoit (en 2001), Christian (en 2004), et un titre poids lourd qu’il aura conservé contre Shawn Michaels lors de No Mercy en 2008.

Chris Jericho portant son Walls of Jericho sur Chris Benoit au Royal Rumble de 2001

 

Décrocher les étoiles

Comme nous venons de le voir, il existe de nombreuses variantes au Ladder match classique que nous connaissons tous. Néanmoins, l’objectif principal de cette stipulation est de parvenir à décrocher un titre de champion face à un ou plusieurs adversaires en même temps. Le titre Intercontinental aura été suspendu pas moins de 17 fois à la WWE. Ce chiffre prend en compte le nombre d’apparitions du titre à la télévision ou dans les pay per views. Pour ce qui est des houses shows, Razor Ramon peut très largement obtenir le titre de « Mister Ladder ». En l’espace de quelques mois, il aura été impliqué dans pas moins de 18 matchs de l’échelle avec comme enjeu le titre Intercontinental. Il a enchaîné 9 victoires à la suite dans les houses shows (8 victoires contre HBK et 1 victoire contre Jeff Jarrett). En revanche, une fois son titre perdu, il va subir sept défaites de suite contre Jeff Jarrett, toujours dans des Ladder matchs.