Le Prof défend l’indéfendable : « Pourquoi le champion Universel Brock Lesnar doit rester un part-timer ? »

14

Salut chers lecteurs de Catch au Quotidien. On se retrouve pour une nouvelle chronique après une petite pause qui colle bien avec notre sujet du jour. En effet, je vais prendre le risque de me confronter à la Bête de la WWE. Champion principal de Raw, absent depuis sa victoire à Wrestlemania face à Goldberg, Brock Lesnar est sous le feu des critiques par son absence. Cependant, est-ce une si mauvaise idée ? Je vais donc vous montrer pourquoi « The Conqueror » doit conserver son statut de part-timer. L’audience est ouverte !

Brock Lesnar, un boss final

Brock Lesnar n’est pas un lutteur, c’est un boss de RPG. Celui qui te fait cracher du sang et que tu peux battre après de nombreux essais et après avoir pleuré toutes les larmes de ton corps – demander à Jeannot qui n’avait pas assez farmé et qui s’est mangé 16 souplesses à Summerslam-. Ce genre de personnage s’affaiblit s’il est présenté trop régulièrement. Le physique surpuissant et le booking de machine à botter des fesses induisent qu’il est au-dessus des autres. La WWE, misant principalement sur l’argent des billets que peut rapporter le champion Universal, n’a donc aucun intérêt à présenter au public un individu qui risque soit de s’affaiblir ou de lasser (à l’instar d’un certain gros toutou chevelu). Le prix d’une intervention de Lesnar étant également très coûteux, la meilleure solution est donc de mettre en retrait des rings le protégé d’Heyman tout en laissant planer son ombre sur le roster. Une stratégie simple mais efficace de maintenir son momentum sans dépenser 1$.

La chute n’en sera que plus grande

Comme tous les Goliath, un jour David le fera tomber. Brock Lesnar est vu comme un champion invincible, qui a brisé Goldberg en moins de 5 minutes à Orlando et semble prédestiné à vaincre lors du prochain pay-per-view de Raw, les Grosses bouboules de feu. Cependant, sa domination ne sera pas infinie et le plus important n’est pas le règne en lui-même mais celui qui y mettra fin. Un booking de part-timer, le plaçant au-dessus des autres lutteurs, permettra à celui qui le vaincra d’acquérir un statut exceptionnel. Tout cela serait beaucoup plus difficile avec un champion omniprésent, qui n’inspirerait, à long terme, pas la même crainte. Autant vous y faire dès maintenant, après sa victoire contre l’Undertaker, il y a de grandes chances pour que ce rôle incombe au chouchou du Chairman de la WWE, Roman Reigns. Cependant, si Lesnar réalise un Heel-Turn violent, il n’est pas impossible que Reigns puisse acquérir les faveurs du public. Surtout si auparavant, il a mangé sévère lors des bagarres. Une série de défaites, une absence et un retour pour aider ses vieux potes du Bouclier, et Reigns peut redevenir un chouchou du public.

Des challengers sous la lumière

Quand la bête n’est pas là, le gibier danse. En l’occurrence, la ceinture principale n’étant pas présente régulièrement, le show doit être assuré par d’autres Superstars afin de maintenir un intérêt pour le programme. Tout d’abord, les challengers potentiels au titre sont nombreux et cela permet des storylines multiples pour déterminer la future victime du maire de Suplex City. Les anciens membres du Shield partagent la vedette avec Bray Wyatt, Finn Balor et surtout Samoa Joe, prochain challenger numéro un. On comprend aisément le potentiel de ces confrontations entre ces lutteurs confirmés. De plus, la ceinture Intercontinentale peut également prendre une place plus importante dans les rivalités et s’approcher de la top card. C’est le but de la rivalité entre Dean Ambrose et The Miz qui doit amener les deux à produire une confrontation pouvant assurer lors des shows hebdomadaires – The Awesome One redevenant champion pour la 7ème fois-. De la place est ainsi libérée tout en laissant à Lesnar l’honneur du main-event des pay-per-views.

Mon verdict est donc le suivant. Malgré la grogne de nombreux fans qui regrettent l’absence du principal champion du show rouge, le statut de part-timer est bénéfique pour le développement de Raw. Le statut de monstre se confirme par des apparitions occasionnelles qui permettront à son bourreau d’acquérir un statut de main-eventer. Les rivalités ont également du temps d’antenne pour bien se développer et ne pas monopoliser l’attention sur « The Beast Incarnate ». C’est bien la preuve que les haters sont coupables !

Traduction : « Et voici qu’arrive Brock Lesnar pour la signature du contrat du siècle ! Enfin, dès qu’il aura fini son espèce de sautillement. » « J’espère que vous avez faim car votre repas arrive dans une minute. Hum, Monsieur ? Vous avez besoin d’aller aux toilettes ? » « Hé, chéri, tu veux qu’on prenne un peu de bon temps au lit ce soir ? Bonté divine Brock, arrête de sautiller ! »

On se dit à la prochaine pour une nouvelle audience du « Prof qui défend l’indéfendable ». N’hésitez pas à commenter cette chronique et à indiquer vos points de différence sur le sujet. On se retrouve bientôt pour une nouvelle affaire catchesque. L’audience est levée !

  • Horsaphael

    J’aime pas vraiment ta chronique,qui me rappelle un peu trop le Sniper de Planete Catch. Néanmoins, le fait que t’arrive a déchainé un debat construit et argumentatif dans des commentaires sur Internet, ça force le respect. GG a toi.

  • matt dit « Maître Mattello © »

    On dit toujours qu’il faut respecter le professeur, qu’il a toujours raison malgré certaines erreurs qu’il n’assumerait pas devant sa classe.

    Julien, tu le sais, je te respecte beaucoup mais la… désolé, je ne peux pas te suivre. Donne moi 4 heures de colle, ballek ^^

    Je vais parler tout d’abord d’un constat et non de mon opinion personnel.

    On peut constater que depuis WrestleMania et l’absence de notre cher champion Universel, les RAW sont rarement d’une excellente qualité. Il ne s’y passe pas grand chose.

    Résultat, on donne à 5 prétendants de se manger sur la tronche pour donner un quelconque intérêt au produit RAW. Sauf que… tout le monde s’en fout, le champion n’est pas la pour donner un quelconque intérêt au futur match aux grosses boules de feu. C’est lui qui fait vendre le match, pourquoi n’est-il pas régulièrement présent ? 3 mois sans le signe de vie de Brock Lesnar, ça se fait ressentir sur tous les plans. Booking, fans, spectateurs présents, audiences télévisuelles… etc etc.

    Le gros problème de tout ce bordel, c’est le manque de communication au sujet de Brock Lesnar. On en oublierait (presque) qu’il est champion. Pas de champion principal présent, personne ne regarde RAW ni même le possible intérêt que sont les 5 challengers.

    Résultat, ce sont Dean Ambrose (The Miz aujourd’hui) et Alexa Bliss qui se donnent du mal à donner de l’intérêt à RAW et comme ce sont des champions secondaires, l’intérêt s’essouffle tant le booking ne suit pas la aussi.

    Brock Lesnar Vs. Samoa Joe à GBOF, c’est cool, je suis ravi même. Mais encore une fois, je m’en bat totalement les ***** tant qu’il n’y aura pas une présence régulière du champion. Une rivalité, ça se construit à deux, pas tout seul.

    Le Part-Timer champion tue grandement au produit WWE.

  • Crazy Cam

    Le fait qu’il soit part-timer ok, mais il ne doit pas être champion.

  • UnderKane

    Lesnar aura toujours cette aura de Star, de boss final il n’y a pas de soucis la dessus.
    Mais c’est pas une raison pour ne pas défendre son tiitre.
    1 fois par mois, c’est bon ca va tuer son aura de star faut pas exagérer non plus.

    J’en ai ras le bol que la WWE applique ses règles à sa sauce.
    Le Rock champion en début 2013 défendait tous les mois et était très présent à Raw.
    Vous oserez pas me dire que The Rock c’est rien à côté de Lesnar, tout de même?
    Il rapporte encore plus que lui.

    Donc stop les fausses vérités, il faut un champion majeur présent.
    Lesnar a déjà eu ce rôle en 2014-2015 mais on peut plus éternellement se reposer sur les part timers. Plus en 2017.

    • Cm Pingouin

      Stone Cold a été la plus grande star de l’histoire de la WWE et pourtant c’était pas un part timer.

      Rien que ça ça prouve que l’argument du « Lesnar est un star grâce au statut de part timer » est totalement bidon.

      • UnderKane

        Lesnar est excellent en tant que botteur de cul occasionnel, mais il n’a rien à faire autour du titre s’il ne le défend que 4 fois par an.

        En plus, les ratings continuent de se casser la gueule en son absence donc bon…

        • Cm Pingouin

          Bah ça va continuer comme jusqu’à Wrestlemania puisque c’est probablement là que Lesnar perdra son titre (oui parce que pour les officiels les autres PPV n’existent pas apparemment).

          Le pire c’est qu’il n’y a aucun suspense dans le booking actuel de Raw, ok on a envie de voir Joe vs Lesnar pour voir comment va se dérouler le match mais tout le monde sait que c’est Roman Reigns qui battra Lesnar pour le titre, lorsque tout les autres auront loupé.

          • UnderKane

            c’est pour ca que je me contente seulement des résultats de raw pour les weeklies (bientôt pour les PPVS si ca continue).

            A smackdown c’est bien plus plaisant à regarder, on se dit que tout le monde à sa chance.

            Raw c’est toujours pareil depuis des mois on loupe rien si on ne regarde pas tous les épisodes.

  • J.J.R

    Félicitations pour ton article. Mais pour moi, dès le départ, la problématique est mal posée. Il ne s’agit pas de savoir s’il est mieux que Lesnar soit part-timer ou pas – il en va sans dire que c’est nécessaire pour son personnage de boss final de RPG ; la preuve, le flop qu’a été tout le long de son booking pour le Royal Rumble 2017. Puisque l’on est obligé, pour être réaliste et comme tu l’as très bien dit, de se placer dans la logique de profits de la WWE, la question est de savoir s’il est plus rentable d’avoir un Champion principal part-timer ou d’avoir des shows de qualité avec un Champion principal présent ? De mettre tous les feux de projecteurs sur un seul homme – quitte à prendre le risque qu’il parte un jour ou l’autre et ainsi d’avoir perdu des années et des années – ou alors de donner toute son importance à la ceinture pour assurer l’avenir ? De donner les pleins pouvoirs à un seul homme et de voir la cagnotte tomber uniquement lorsque le Champion apparaît, ou alors de rendre l’institution plus forte que les hommes en valorisant le titre mondial et en assurant ainsi des shows de qualité sur le très très très long terme ?

    Il me semble que l’Attitude Era, où les plus grands de l’histoire étaient là chaque semaine ; l’incroyable période CM Punk (2011-2013), où la WWE a eu un boom financier extraordinaire (pour l’anecdote, pour la première fois depuis une dizaine d’années, les ventes de T-Shirt de John Cena s’étaient faites dépasser par celles à l’effigie d’autres catcheurs) ; ou encore le run fabuleux à tout point de vue de Daniel Bryan avec des feuds successives on ne peut plus construites (la construction du team Hell No, leur séparation, la feud avec Cena, le hell turn de l’autorité, le Royal Rumble perdu, la dernière marche contre HHH à Wrestlemania, l’un des plus beaux finals de WM depuis Taker Shawn), et j’en passe et j’en passe sont des exemples qui répondent à ces questions.

    Il est pour moi évident que la solution qui est prise par la WWE est celle de la facilité. La solution du non-travail. Le succès éclatant des shows de SmackDown Live qui réduisent chaque semaine l’écart avec les audiences historiques de Raw, à la fois parce que celles de SD progressent et que celles de RAW régressent, en est pour moi l’illustration symbolique. Le board a choisi pour RAW le registre du show blockbuster, sans vision de long-terme si ce n’est des visions ponctuels de PPV importants. Que dire des plans qui prévoient un an à l’avance, mais sans le dire et sans le construire comme il le faudrait pour sauver les dégâts, le main-event du prochain WM ? Et comme tout blockbuster, les plus grands talents de la fédération sont là (autant masculins – Balor, Joe, Rollins, que féminins – Sasha, Bayley, ô mon dieu Bayley qu’ont-ils fait de toi…) mais l’explosion n’a lieu qu’à la scène de fin du film (le Goldberg-Lesnar III était le paroxysme de cette vision du catch).

    La question n’est pas de savoir si Brock Lesnar doit être un champion part-timer ou non, mais de savoir si le titre mondial doit être honoré de la sorte, si l’institution WWE doit être plus grande que les hommes qui y passent, et si d’autres visions du catch plus riches en travail et en qualité de shows permettraient de faire rentrer tout autant (voire plus, quand on s’inspire des exemples du passé) l’argent dans les caisses. Pour moi, la réponse est claire comme de l’eau de roche.

    • RK27ZERO93

      Sur le terme financier, il y a eu 2 très grandes ères pour WWE, effectivement l’Attitude Era et la Golden Era.
      Moi je n’aime pas comparer car c’est des époques totalement différentes, mais durant la Golden Era non, le champion n’était pas toujours là du tout.
      Pendant l’Attitude Era, effectivement là le champion principal était full time, mais là il y avait une star incroyable (Stone Cold) et une feud qui a dépassé toutes les frontières (Austin vs McMahon), ce que WWE n’a absolument pas aujourd’hui

      Et en plus du fait que WWE ne prévoit que très peu de booking sur le long terme, il y a surtout un manque de star très dommage

  • J.J.R

    Félicitations pour ton article. Mais pour moi, dès le départ, la problématique est mal posée. Il ne s’agit pas de savoir s’il est mieux que Lesnar soit part-timer ou pas – il en va sans dire que c’est nécessaire pour son personnage de boss final de RPG ; la preuve, le flop qu’a été tout le long de son booking pour le Royal Rumble 2017. Puisque l’on est obligé, pour être réaliste et comme tu l’as très bien dit, de se placer dans la logique de profits de la WWE, la question est de savoir s’il est plus rentable d’avoir un Champion principal part-timer ou d’avoir des shows de qualité avec un Champion principal présent ? De mettre tous les feux de projecteurs sur un seul homme – quitte à prendre le risque qu’il parte un jour ou l’autre et ainsi d’avoir perdu des années et des années – ou alors de donner toute son importance à la ceinture pour assurer l’avenir ? De donner les pleins pouvoirs à un seul homme et de voir la cagnotte tomber uniquement lorsque le Champion apparaît, ou alors de rendre l’institution plus forte que les hommes en valorisant le titre mondial et en assurant ainsi des shows de qualité sur le très très très long terme ?

    Il me semble que l’Attitude Era, où les plus grands de l’histoire étaient là chaque semaine ; l’incroyable période CM Punk (2011-2013), où la WWE a eu un boom financier extraordinaire (pour l’anecdote, pour la première fois depuis une dizaine d’années, les ventes de T-Shirt de John Cena s’étaient faites dépasser par celles à l’effigie d’autres catcheurs) ; ou encore le run fabuleux à tout point de vue de Daniel Bryan avec des feuds successives on ne peut plus construites (la construction du team Hell No, leur séparation, la feud avec Cena, le hell turn de l’autorité, le Royal Rumble perdu, la dernière marche contre HHH à Wrestlemania, l’un des plus beaux finals de WM depuis Taker Shawn), et j’en passe et j’en passe sont des exemples qui répondent à ces questions.

    Il est pour moi évident que la solution qui est prise par la WWE est celle de la facilité. La solution du non-travail. Le succès éclatant des shows de SmackDown Live qui réduisent chaque semaine l’écart avec les audiences historiques de Raw, à la fois parce que celles de SD progressent et que celles de RAW régressent, en est pour moi l’illustration symbolique. Le board a choisi pour RAW le registre du show blockbuster, sans vision de long-terme si ce n’est des visions ponctuels de PPV importants (que dire des plans qui prévoient un an à l’avance, mais sans le dire et sans le construire comme il le faudrait pour sauver les dégâts, le main-event du prochain WM ?), avec certains des plus grands talents de la fédération (autant masculins – Balor, Joe, Rollins, que féminins – Sasha, Bayley, ô mon dieu Bayley qu’ont-ils fait de toi…) avec une explosion qui n’a lieu qu’à la scène de fin du film.

    La question n’est pas de savoir si Brock Lesnar doit être un champion part-timer ou non, mais de savoir si le titre mondial doit être honoré de la sorte, si l’institution WWE doit être plus grande que les hommes qui y passent, et si d’autres visions du catch plus riches en travail et en qualité de shows permettraient de faire rentrer tout autant (voire plus, quand on s’inspire les exemples du passé) l’argent dans les caisses. Pour moi, la réponse est vite trouvée.

  • J.J.R

    Félicitations pour ton article. Mais pour moi, dès le départ, la problématique est mal posée. Il ne s’agit pas de savoir s’il est mieux que Lesnar soit part-timer ou pas – il en va sans dire que c’est nécessaire pour son personnage de boss final de RPG ; la preuve, le flop qu’a été tout le long de son booking pour le Royal Rumble 2017. Puisque l’on est obligé, pour être réaliste et comme tu l’as très bien dit, de se placer dans la logique de profits de la WWE, la question est de savoir s’il est plus rentable d’avoir un Champion principal part-timer ou d’avoir des shows de qualité avec un Champion principal présent ? De mettre tous les feux de projecteurs sur un seul homme – quitte à prendre le risque qu’il parte un jour ou l’autre et ainsi d’avoir perdu des années et des années – ou alors de donner toute son importance à la ceinture pour assurer l’avenir ? De donner les pleins pouvoirs à un seul homme et de voir la cagnotte tomber uniquement lorsque le Champion apparaît, ou alors de rendre l’institution plus forte que les hommes en valorisant le titre mondial et en assurant ainsi des shows de qualité sur le très très très long terme ?

    Il me semble que l’Attitude Era, où les plus grands de l’histoire étaient là chaque semaine ; l’incroyable période CM Punk (2011-2013), où la WWE a eu un boom financier extraordinaire (pour l’anecdote, pour la première fois depuis une dizaine d’années, les ventes de T-Shirt de John Cena s’étaient faites dépasser par celles à l’effigie d’autres catcheurs) ; ou encore le run fabuleux à tout point de vue de Daniel Bryan avec des feuds successives on ne peut plus construites (la construction du team Hell No, leur séparation, la feud avec Cena, le hell turn de l’autorité, le Royal Rumble perdu, la dernière marche contre HHH à Wrestlemania, l’un des plus beaux finals de WM depuis Taker Shawn), et j’en passe et j’en passe.

    Il est pour moi évident que la solution qui est prise par la WWE est celle de la facilité. La solution du non-travail. Le succès éclatant des shows de SmackDown Live qui réduisent chaque semaine l’écart avec les audiences historiques de Raw, à la fois parce que SD progresse et que RAW régresse, en est pour moi l’illustration symbolique. Le board a choisi pour RAW le registre du show blockbuster, avec certains des plus grands talents (féminins comme masculins) mais avec une explosion qui n’a lieu qu’à la scène de fin du film (que dire des plans qui prévoient un an à l’avance, mais sans le dire et sans le construire comme il le faudrait pour sauver les dégâts, des matchs de main-event du prochain WM ?)

    La question n’est pas de savoir si Brock Lesnar doit être un champion part-timer ou non, mais de savoir si le titre mondial doit être honoré de la sorte, si l’institution WWE doit être plus grande que les hommes qui y passent, et si d’autres visions plus riches en travail et en qualité de shows permettraient de faire rentrer tout autant (voire plus, avec les exemples du passé) l’argent dans les caisses.

  • RK27ZERO93

    Je n’arrive absolument pas à comprendre comment on peut penser que Lesnar ne devrait pas être Part Timer, vu la star que c’est, pour moi l’un va avec l’autre

    La mini réserve que j’ai la dessus c’est que ça risque de ne profiter qu’à Reigns que j’aime beaucoup hein mais qui a déjà profité de beaucoup de gros faits c’est 2/3 dernières années (le Rumble, être le premier depuis un moment à avoir tenu tête à Lesnar à Mania 31, Triple H à Mania 32, le dernier match du Taker…) et il a déjà cette aura de star, alors ok qu’il soit celui qui prenne le titre à Mania serait logique mais j’aimerais qu’un autre en profite et batte Lesnar entre maintenant et la fin d’année

  • The Animal

    Félicitations pour commencer, car cette chronique est vraiment très bien écrite et je ris souvent au sarcasme présent.
    Maintenant, il n’y avait pas besoin « d’une audience » pour ce sujet. ➕ Lesnar est absent et ➕ on l’acclame quand il est là, WWE sait gérer l’overness et le momentum de Lesnar. Ce serait con que les gens se lasse, ça pourrait tué le produit.
    Donc on donne petit à petit et on maintient le momentum de Lesnar. Ce que d’ailleurs n’a pas fait Bischoff et la WCW avc la NWO, qui a été une overdose. Pourtant ils avaient la faction du siècle (merci C’est ça le catch et la fabuleuse histoire).