Alexa Bliss : « Rien ne peut vous préparer à ce qui se passe dans le ring de la WWE »

1
3912

Cette semaine, l’invitée de Jonathan Coachman dans l’émission Off the Top Rope était la championne féminine de Smackdown, Alexa Bliss. Elle a parlé de son passé en tant qu’athlète, son entrainement pour devenir une Superstar ainsi que d’un trouble personnel qui a failli lui coûter la vie. Voici la retransmission de cette interview : 

Sur son sentiment en tant que championne : « Pour ma part, je pense que j’ai toujours mérité d’être championne. Les femmes de Smackdown Live dominent les shows. »

Sur ses modèles et ce qui l’a aidé à être au top rapidement : « Sans hésiter, Sara Amato qui a été mon entraîneuse à la NXT pendant trois ans et demi. Lorsque je suis arrivée je n’avais aucune idée de ce que je faisais, j’avais besoin d’elle. Elle m’a expliqué que le catch c’était un marathon et non un sprint. Elle m’a énormément aidée. En grandissant mon modèle était évidemment Trish Stratus. »

Sur son passé avant la WWE : « J’ai été bodybuildeuse mais avant même le bodybuilding je suis passée par la gymnastique, le kick-boxing, le soft ball et j’ai également été pom-pom girl. Je suis donc dans ce genre de milieu depuis l’âge de cinq ans. Je m’entraîne depuis tout ce temps, ce qui m’a aidé pour la WWE car j’avais déjà une bonne base athlétique. Grâce à tout cela, j’avais déjà de la force, du cardio et je savais déjà comment tomber et me protéger des chutes et des blessures mais honnêtement rien ne peut vraiment vous préparer à ce qui arrive dans le ring car ce que l’on y fait est si spécial que rien ne peut y être comparé.

Une anecdote d’ailleurs, c’est que je pense que les gens ne se rendent pas compte à quel point les cordes sont dures. Se cogner ainsi que rebondir sur elles fait très mal et durant mes premiers jours je souffrais du dos, j’ai appelé ma mère car je ne savais pas si je serais capable de faire cela. Cependant, après un certain temps on s’y habitue mais ce n’est pas simple. »

Sur le trouble alimentaire qui a failli lui coûter la vie : « Lorsque j’ai été prise en charge par les médecins, j’étais très mal en point. Un des docteurs m’a expliqué que j’étais presque aux portes de la mort. Avec le poids que je faisais, mes organes commençaient à mourir en quelques sorte. Cela m’a amené le déclic. Je ne voulais pas être une statistique, je voulais que ma vie ait un sens. Je suis très ouverte aujourd’hui sur le sujet car je me rappelle tellement bien ce qui m’a amenée à un tel extrême. Quand on est une jeune fille et qu’on se met devant la télévision ou qu’on lit des magazines on se demande pourquoi on ne ressemble pas à ces filles-là. À présent je me rends juste compte que mon corps vaut mieux que cela et que ma vie est bien plus importe qu’un chiffre sur une balance. »

 

1 COMMENTAIRE

  1. Je suis complètement fan d’Alexa Bliss, elle a le style Heel que j’aime, et sur le ring elle m’a rapidement impressionné.
    Entre son arrivé à Smackdown et son combat à TLC, je me suis vraiment régalé.
    J’ai juste un peu peur que le public se dise qu’elle a injustement grillé les étapes, c’est une Heel intéressante, il y a encore pas mal de choses à faire avec elle, et même si je suis triste pour Naomi qui mérite aussi, je suis content de revoir Alexa Bliss championne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom