L'Humeur Indépendante : NJPW DOMINION 2016 ou le Ladder Match qui a conquis le Japon - Catch Au Quotidien
L'humeur indépendante

L’Humeur Indépendante : NJPW DOMINION 2016 ou le Ladder Match qui a conquis le Japon

Omega vs Elgin

Ce dimanche, la WWE présentait son premier Pay-Per-View estival avec Money In The Bank 2016. Quelques heures auparavant, de l’autre côté du globe à Osaka, la New-Japan Pro-Wrestling de l’un de ses plus importants “super-shows” annuels, DOMINION 6.19 (2016) – dernier rendez-vous du calendrier avant la grande compétition poids-lourd du G1 Climax. A ce titre, cet événement avait pour but de conclure de nombreuses rivalités à travers une carte remplie de combats très attendus : en particulier, la défense du titre Junior Heavyweight de KUSHIDA face au vainqueur du Best of the Super Jrs Tournament, Will Ospreay ; la revanche entre Katsuyori Shibata et Yuji Nagata (laquelle se terminera par la défaite de ce dernier, avec son fan #1, le commentateur “play-by-play”, en larmes) ; celle opposant Tetsuya Naito et Kazuchika Okada, confirmant encore une fois sa domination (en concordance avec le nom du show) ; et le tout-premier Ladder Match dans l’histoire de la New-Japan.

En tant que tel, ce combat divisait déjà les foules dès son annonce plusieurs semaines avant le show. Avec le titre de champion Inter-Continental de Kenny Omega en jeu, ce match apparaissait comme loin d’avoir suscité l’intérêt des près de 10.000 nippons présents dans l’Osaka Jo-Hall le soir-même (compte-tenu de leur réaction lors du déroulé inaugural de la carte sur grand écran, à l’ouverture des hostilités). Pourtant, sur place, ce Ladder Match historique a réussi à changer bien des avis, y compris le mien !

Omega vs Tanahashi

Kenny Omega, le “cleaner” des traditions nippones

Initialement, ce match de championnat s’était basé sur une question de respect. Accompagnant la défection de Shinsuke Nakamura vers la WWE et NXT, rendant vacant son titre de champion Inter-Continental IWGP en conséquence, Kenny Omega s’était octroyé une position de poids-lourd de son propre chef, avait écarté son leader et celui du Bullet Club, AJ Styles, de son piédestal (en raison, réelle, de son départ pour Stamford, lui aussi) et s’était mis en tête de tout obtenir : le deuxième titre le plus important de la compagnie, jusque là porté par l’ancien favori nippon, et la position de leader et top-“heel” de la plus grosse faction antagoniste de “gaijin” (étranger, en japonais). Abandonnant son sérieux psychotique de ‘Cleaner’, Kenny Omega était ainsi devenu le “roi fou” du Bullet Club, brisant toutes les règles – y compris celles de ses propres rangs, en établissant une sous-faction, The Elite (un trio qu’il compose, en compagnie des Young Bucks) – et exacerbant sa créativité extravagante. Lui qui préfère se moquer et provoquer de New Day plutôt que de penser à sa domination du roster japonais. Lui qui préfère s’amuser, en tenue multicolore lors des tournées entre-“super-shows” au lieu de favoriser un comportement de leader menaçant et calculateur comme ses prédécesseurs. Lui qui préfère incarner un “heel” clownesque divertissant (peut-être l’effet de son long séjour à la DDT, la petite promotion de tous les possibles au Japon) plutôt qu’un athlète compétiteur sérieux et implacable comme les aiment les fans de catch japonais traditionnel.

Tanahashi vs. Omega_ladder

Sur sa route de tous les objectifs, il a ainsi naturellement rencontré l’emblème des valeurs inverses, de la morale honorable, des traditions et du conservatisme nippon – Hiroshi Tanahashi. Lui, le plus grand adversaire de Shinsuke Nakamura et le principal opposant au Bullet Club depuis sa formation, s’était décidé à empêcher les méfaits et les dessins de celui qui voulait balayer tout cela pour y écrire son nom uniquement. Une bataille pour le respect que comptait donc mener ‘The Ace of New-Japan’, en s’assurant de la perte de pouvoir de Kenny Omega et de son semblant de Bullet Club, à la fois soudé comme par défaut mais mine de rien fracturé passivement par son nouveau leader. Malheureusement, malgré ce Club transformé et ses manigances finalement toujours efficaces, Tanahashi n’arrivait pas à remplir son objectif – tout juste avait-il réussi à se montrer plus fort en équipe, avec le soutien du ‘Bullet Club Hunter’ Yoshi Tatsu, Captain New Japan et du nouveau “gaijin” en vogue, venu de la Ring of Honor alliée, Michael Elgin. En position de faiblesse face à sur-confiant Omega, il avait ainsi accepté ses conditions pour obtenir une nouvelle chance de le détrôner : l’affronter dans le tout-premier Ladder Match de l’histoire d’une grande compagnie de catch japonais, comme la NJPW. Enfin, le canadien champion Inter-Continental était sur le point de réaliser sa promesse presque prophétique : “Je vais installer le catch américain au Japon et effacer le catch japonais pour toujours !“. (Sans doute Gedo & Jado se sont servis du projet de la WWE de conquérir le Japon pour en faire une projection inquiétante et renforcer la vilenie de leur “top-heel” … Quand je vous disais que la guerre ne fait que commencer !)

Deux “gaijins” remplaçants devenues de simples et véritables stars

Néanmoins, la réalité est parfois implacable : alors que le choc des univers dans le cadre d’un match historique se préparait, Tanahashi, blessé, s’est vu obligé de raccrocher temporairement les bottes sous peine de rater le G1 Climax de cet été. En réaction, en accord avec sa personnalité tenace et déterminée, celui que les nippons aiment appeler ‘The Young Grizzly’, Big Mike, s’était décidé à remplacer son mentor dans ce match. Bien que de plus en plus apprécié par les japonais, se rappelant grâce à lui au bon souvenir des ‘Dr. Death’ Steve Williams, Scott Norton et autres Terry Gordy de jadis, il semblait être un faible remplaçant pour de telles implications. Et comme en témoigne la réaction du public d’Osaka évoquée plus haut, la réussite d’un combat aussi important semblait douteuse … Et pourtant !

gif Omega Doctor Bomb

D’une durée de 33 minutes, le plus long match de la soirée, il aura suscité certaines des plus surprenantes réactions de cette grande soirée et taché d’accomplir bien des choses. Tout d’abord, notons la présence d’esprit de l’arbitre Red Shoes Unno renvoyant les frères Jackson encore une fois cachés sous le ring, dans l’espoir de répéter leurs interventions fatales envers Hiroshi Tanahashi par le passé, signalant l’arrivée d’un face-à-face sérieux et “clean” plus traditionnel. Ensuite, ne peut être négligé le taux d’innovation offert par les deux canadiens : les coups de pancartes rigides dans le crâne d’Elgin par Kenny, alors allongé sur le tablier du ring et bien aidé par ‘Hangman’ Adam Page, suivi d’une Springboard Sunset Flip Powerbomb ; et cette puissance magistrale du champion, portant une Gutwrench Powerbomb sur une échelle, n’en sont qu’un couple d’exemples. Grâce à cette intensité et ce spectaculaire parfaitement maîtrisé, la rencontre aura réussi non seulement à confirmer l’amour grandissant des japonais pour le fort et “stiff” Big Mike, mais aussi à réhabiliter Kenny Omega, depuis quelques temps dénigré et négligé à cause de son penchant pour une attitude clownesque, détachée de son rôle de leader “heel” et “gaijin” menaçant. Ainsi, au fil du match, on pouvait sentir l’investissement du public s’amplifier, agréablement choqué à chaque grosse prise du haut d’une échelle ou à chaque échelle brisée par une chute. Et ce, jusqu’à finalement exulter de satisfaction et de réelle fierté pour ce ‘Young Grizzly’ qui lui, les aura respecté eux et leurs traditions sportives, tout en utilisant à bon escient ces compétences en matière de catch américain pour les retourner contre un Kenny Omega, finalement, à ne pas sous-estimer pour un sou (qui plus est, fier d’une prophétie réalisée et même acceptée).

Outre la qualité indéniable de celui-ci, rares sont aujourd’hui les gimmick matches aussi réussis et influents historiquement et émotionnellement. A ce titre, ce tout-premier Ladder Match sur un ring de la New-Japan serait en droit d’être nommé aux côtés des Shawn Michaels vs. Razor Ramon et autres Edge & Christian vs. Hardy Boyz vs. Dudleys.

 

5 Comments
Bronze, Argent, Or, Platine, Légendaire... Élevez votre rang de commentateur et entrez dans le CAQ Hall Of Fame

Poster un Commentaire

avatar

Trier par:   récent | ancien | pertinence
25 juin 2016 11:10
Équipe CAQ
Argent II
942.80
Adam Cole · Shinsuke Nakamura · Kenny Omega

Ce match je l’attendais avec impatience et je n’ais pas du tout été déçu de la performance des deux hommes. Je suis moins fan de Elgin mais j’adore Kenny Omega c’est une valeur sur de la NJPW. Son charisme est juste hallucinant !

30 juin 2016 22:40
razakheizenberg
razakheizenberg
Invité

Kenny Omega fait partie des meilleurs heels dans le monde. Il est bon au micro, in-ring, il est divertissant, enplus très charismatique. Pour moi c clairement le match de la soirée. J’attends sa performance au G1 climax. Mais je suis très déçu du changement de titre au main évent, j’aurais aimé que Naito garde le IWGP heiviweight champion. J’attends aussi la performance de Naito au G1 climax. Le match que j’attends le plus au G1 climax c Naito vs Kenny Omega, 2 leader de clan heel.

27 juin 2016 15:39
Nico02730
Nico02730
Invité

Article très intéressant, on apprend vraiment

26 juin 2016 20:21
Membre
Bronze II
235.60

Superbe article et en effet ce match a dépassé non pas les attentes mais l’absence d’attente ^^. Super match, le match de la soirée très certainement! Grosse victoire pour Big Mike je suis content pour lui. Kenny Omega concernant son personnage, je trouve justement qu’il ressemble à un bon méchant de manga japonais avec son côté déjanté qui frise la folie. En fait je trouve c’est un gros mix de : Pillman HBK et le Joker. Et puis j’aime bien aussi ce concept ben d’élite justement au sein d’un clan comme le bullet club.
Sinon… déçu que Naito ait perdu son titre. Super show en tout cas. A dontaku j’ai trouvé que le meilleur match était Shibata vs Nagata, là c’est Omega-Elgin qui a été le show stealer.

25 juin 2016 13:25
Membre
Bronze
2.00

Vu le pur plaisir que c’était à regarder. Tu m’étonnes qu’il ait conquis le Japon…
Sinon, super chronique.

wpDiscuz

Membres connectés

No one is online right now

Catch Au Quotidien © 2007 - 2016. Tous droits réservés.

To Top
Yes No