Rétro : WrestleMania Week-end, la dualité historique d’une tradition annuelle

11

Plus on est de fous, plus on rit. Et plus il y a de folies, plus on se divertit ! A seulement quelques semaines du plus grand événement de catch de l’année 2016, des fans du Monde entier préparent leurs plannings pour profiter au mieux du week-end qu’ils passeront à Dallas aux alentours du 3 avril 2016. Ce jour, c’est celui réservé à WrestleMania 32 et près de 90.000 spectateurs (payants) estimés – le plus massif des « Biggest Sports-Entertainment Extravaganzas of All-Time ». Mais si c’est bien ‘Mania qui accapare la majorité de l’attention ce week-end là, il n’est qu’une attraction parmi tant d’autres folies. Que ce soient le WrestleMania Axxess, l’Hall of Fame Induction Ceremony, le RAW Post-WrestleMania (de plus en plus rempli de surprises) ou les galas de promotions indépendantes, tous participent au prestige de cette convergence annuelle du « WWE Universe », et ce depuis des années. Un phénomène qui ravit autant les fans que les villes d’accueil, toujours plus en compétition pour le produire.

Conventions, festivals et autres événements du week-end : fioritures ou vraies additions à la « Mania de WrestleMania » ?

Connu aujourd’hui sous le nom de WrestleMania Axxess, la convention officielle annuelle enrobant le week-end de ‘Mania est constitué d’un salon d’exposition, d’activités insolites (un marathon de 5 km avait été organisé une année), de tournois de jeux vidéos et bien sûr de séances de signatures d’autographes. Et toute cette organisation n’est pas aussi jeune qu’elle en a l’air. Sous la forme d’un simple « meet & greet » au départ, le WrestleMania Brunch, puis WWF Fan Fest, s’est tenu pour la première fois à l’occasion des WrestleMania IV et V, événements en collaboration avec Trump Plaza. Suivant le succès immense de WrestleMania III, ces premières conventions plus intimes ont posé la base de ce que deviendront l’Axxess et les autres conventions de catch américain non-WWE.

Au fil des années suivantes, le festival sera organisé sporadiquement jusqu’en 1999, avec une forte récurrence durant la New Generation Era, peuplée de personnages cartoonesques, parfaits emblèmes des activités familiales présentées. Télévisé sur l’USA Network la veille de WrestleMania XV, la WrestleMania Rage Party avait tout pour ravir les ados rebelles fans de l’Attitude Era. La convention prendra le nom actuel de WrestleMania Axxess l’année suivante en Californie, et ne cessera d’étendre son champ d’activités : passé de 2 à 3 puis 4 jours, elle a désormais de quoi attirer aussi bien les « casual fans » que les « hardcore fans », avec la tenue annuelle d’une cérémonie d’introduction de WWE Hall of Famers (laquelle avait lieu de 1994 à 1996 en dehors de WrestleMania auparavant) depuis 2004. En 2007, en promotion de WrestleMania 23, la WWE avait même tenté une Axxess Tour sous la forme d’un festival itinérant à travers le pays. Enfin, à partir de cette année, la compagnie de Stamford tiendra quatre spectacles, ajoutés à l’Axxess et WrestleMania 32 : WWE RAW et les enregistrements de Smackdown! en « after », et l’Hall of Fame Induction Ceremony et NXT TakeOver : Dallas en « before ». De quoi occuper tout l’argent des fans déplacés et tout l’espace d’un WrestleMania Week-End de plus en plus chargés en événements indépendants.

L’opportunisme du circuit indépendant, la vraie tradition du WrestleMania Week-End

Établi depuis 1985, « The Grandest Stage of Them All » n’a pas toujours été l’attraction incontournable, au prestige et à la réputation plus massifs encore que ceux de la WWE elle-même, qu’il est à présent. Aussi partageait-il jadis l’attention avec les événements des autres « territoires » et concurrents comme l’AWA et son SuperClash, ou Jim Crockett Promotions, puis la WCW, et leur Starrcade. Au cours des Monday Night Wars, le catch américain était monopolisé par la WWF/E de Vince McMahon et la WCW de Ted Turner, ne laissant les restes du circuit qu’à l’ECW de Paul Heyman. La scène indépendante d’alors était désertique, voyant de petites promotions apparaître et disparaître sous le regard d’un petit nombre d’observateurs. Mises à part elles-même, rien n’entravait les programmations des toute-puissantes WWF/E et WCW.

ROH_Supercard_of_Honor_X

Pour cela, il faudra attendre WrestleMania XX, marquant le retour du show annuel au Madison Square Garden de New-York City après 10 ans d’absence. Devenue hégémonique entre temps, la WWE laissa tranquillement s’installer un nouveau circuit indépendant, avec la Ring of Honor en tête. Après At Our Best l’après-midi précédant WrestleMania en 2004, la promotion grandissante de « pure wrestling » tiendra Supercard of Honor premier du nom (et Better Than Our Best le jour suivant) à Chicago, un autre de ses fiefs, en parallèle de WrestleMania 22. Ce genre d’événements opportunistes s’installera annuellement (quelle que soit la localisation de ‘Mania) et engendrera la tradition du WrestleMania Week-End que l’on apprécie tant aujourd’hui.
Outre la promotion reine de la scène indépendante américaine, les fans locaux et internationaux peuvent désormais assister aux shows des WWN Promotions (EVOLVE et feue la Dragon Gate : USA, fondées par l’un des créateurs de la ROH, Gabe Sapolsky), de la SHIMMER (promotion de catch féminin) ou au festival indépendant WrestleCon, convergence annuelle de légendes et autres apparitions irrégulières depuis plusieurs années.

Une sorte de parasitisme positif pour les fans du Monde entier comptabilisant toutes leurs envies de catch américain (WWE et indépendant) en un week-end, devenu un peu trop important au goût de Vince McMahon. Échouant dans sa tentative d’embargo sur les villes d’accueil de ‘Mania depuis quelques années, la WWE a maintenant trouvé le moyen de concurrencer sa propre concurrence annuelle. Après de simples figurations durant l’Axxess, le roster de NXT de plus en plus populaire s’est vu attribuer son propre show pré-WrestleMania cette année, avec NXT TakeOver : Dallas. Composé d’anciennes stars de la ROH (comme Sami Zayn), de l’EVOLVE (tel Appolo Crews), de la TNA (comme Austin Aries et Samoa Joe) et même de la japonaise NJPW (notamment Shinsuke Nakamura et Finn Balor), un tel show a tout de l’alternative parfaite que se voulait être les galas de promotions indépendantes. 2016 marquerait-elle le début de la fin pour cette tradition du WrestleMania Week-End ?

  • Pingback: Rétro : Le "build-up", la garantie d'un WrestleMania sur de bons rails()

  • CesaroGuy

    Merci pour les « quelques membres » :p

    • Ils sont peu, mais pas peu talentueux. ;P

      • CesaroGuy

        J’aimerais bien les rencontrer ^^

        • Rollins_Thefuture

          Pareil pour moi ^^

  • Yohann L.

    Pour l’avoir vécu l’an dernier, c’est phénoménal. La ville hôte ne vit qu’au rythme des fans de catch et des dizaines d’événements organisés sur ces quelques jours. Tout le monde ne parle que ça, c’est hallucinant. Un paradis sur terre, un rêve pour n’importe qui. Et bien sûr, tout le monde se retrouve le dimanche soir, c’est exceptionnel. Par contre, niveau déprime, on atteint des sommets après RAW. 

    • Lyroy62

      C’est là que tu voit que WrestleMania c’est vraiment quelque chose d’appart.Quelque chose d’unique en sont genre. 

    • ZiiGGLeR

      Comme je t’envie. J’aimerais vraiment y aller également d’ici a Wrestlemania 35 si tout se passe bien, ça doit vraiment être l’expérience d’une vie. Le « superbowl » des fans de catch,

  • heisenbergbad

    Le Wrestlemania Week-End où la période catchesque la plus intéressante (Avec l’été aussi). 

  • lyroy62

    Pour moi ce n’est pas la fin du WrestleMania Week-End mais le renouveau.C’est à dire un week-end 100% catch sans limites, ou tu à le choix partout ! Entre la WWE , la Roh ainsi que de plus petites fédérations de catch.C’est un rendez-vous à part.On n’a même plus besoin de dire que c’est le SuperBowl du catch.C’est un rendez-vous immanquable et malgré l’arrivé des fédérations  » concurrentes  » dans la ville au^même moment, ça ne changera pas du coté négatif.D’ailleurs pour moi c’est un plus.Cela peut permettre entre autre au officiels de la WWE, de supervisé de plus près les  » futurs  » superstars de la WWE sans faire des kilométres. Cette année avec l’arrivé d’NXT : Taker Over on peut vraiment dire que c’est une nouvelle version du Wrestlemania Axxess ( 2.0 ) 

    • « D’ailleurs pour moi c’est un plus. »

      Tu as peut-être mal lu, ou je n’ai pas compris la façon dont tu as réagit, mais je n’ai jamais dit que j’étais contre les shows indépendants autour de WrestleMania, bien au contraire ! C’est pour cela que je parle de « vraie tradition du WrestleMania Week-End » et que j’utilise le terme de « parasitisme positif » (pour ne pas rentrer dans le vrai terme symbiotique correspondant à un bénéfice des deux parties).